Is South Asian ethnicity an independent cardiovascular risk factor?

Can J Cardiol. 2006 Mar 1;22(3):193-7. doi: 10.1016/s0828-282x(06)70895-9.

Abstract

People of South Asian origin constitute a large, visible minority in Canada and are known to be at heightened risk for premature coronary artery disease. Conventional risk factors clearly confer risk in South Asians but do not adequately explain their excess risk compared with other populations. Rates of smoking, hypertension and levels of low density lipoprotein-cholesterol tend to be similar or lower in South Asians, although diabetes is more prevalent. Recent studies have suggested that the metabolic syndrome and abdominal obesity may play a causative role in both the prevalence of diabetes and the premature atherosclerosis noted in South Asians. It is possible that genetically susceptible individuals develop abdominal obesity and insulin resistance when exposed to a toxic environment of reduced energy expenditure and increased caloric consumption. This pattern is increasingly noted in parallel with urbanization, suggesting that the increased cardiovascular risk in South Asians may be preventable through lifestyle interventions and the judicious use of medicines to attain optimal levels of blood pressure, lipids and glucose.

Les personnes originaires de l’Asie du Sud forment une minorité visible, importante au Canada et elles connaissent un risque accru de coronaropathie précoce. Les facteurs de risque habituels prédisposent nettement les populations sud-asiatiques à ce type de maladie, mais ils n’expliquent pas à eux seuls leur risque excédentaire par rapport aux autres populations. Les taux de tabagisme, d’hypertension artérielle et de cholestérolémie à lipoprotéines de basse densité ont tendance à être comparables, voire inférieurs, chez les personnes d’origine sud-asiatique, mais la prévalence du diabète y est supérieure. Selon des études récentes, le syndrome métabolique et l’obésité abdominale joueraient un rôle causal dans la prévalence et du diabète et de l’athérosclérose précoce. Il se peut que des personnes soient génétiquement prédisposées à l’obésité abdominale et à la résistance à l’insuline lorsqu’elles sont exposées à un environnement défavorable, associé à une diminution de la dépense énergétique et à une augmentation de l’apport calorique. Le phénomène suit de plus en plus une évolution parallèle à l’urbanisation, ce qui donne à penser que le risque excédentaire de maladie cardiovasculaire chez les habitants de l’Asie du Sud pourrait se corriger par des modifications du mode de vie et une utilisation judicieuse des médicaments afin de permettre une normalisation de la pression artérielle, de la lipidémie et de la glycémie.

Publication types

  • Review

MeSH terms

  • Asia
  • Asians*
  • Canada / epidemiology
  • Coronary Disease / ethnology*
  • Coronary Disease / etiology
  • Coronary Disease / prevention & control
  • Humans
  • Insulin Resistance / ethnology
  • Metabolic Syndrome / complications
  • Metabolic Syndrome / ethnology
  • Obesity / complications
  • Obesity / ethnology
  • Risk Factors