Generalized anxiety disorder and health care use

Can Fam Physician. 2005 Oct;51(10):1362-3.

Abstract

Objective: To examine self-reported health care use and health care-seeking behaviour of patients meeting DSM-IV's diagnostic criteria for generalized anxiety disorder (GAD).

Design: Survey of outpatients recruited at three different times of the day using questionnaires on worry and anxiety (a six-item screening questionnaire based on DSM-IV criteria for GAD), on perceived health problems, and on health care use and health care-seeking behaviour. The assessment package also included well validated assessment instruments for insomnia and depression symptoms. All patients seeking health care were invited to participate. Participants completed the survey as they waited in the reception area.

Setting: Four randomly selected community-based medical clinics of Quebec city's metropolitan area.

Participants: A final sample of 1110 patients among 1878 outpatients invited to participate included 219 (19.7%) who tested positive for GAD.

Main outcome measures: Self-reported worry and anxiety (based on DSM-IV criteria for GAD), self-perceived health problems, health care use and health care-seeking behaviour, insomnia, and symptoms of depression.

Results: Participants who tested positive on a screening test for GAD reported more annual medical visits (5.3 versus 3.4) than other patients. Those who reported at least five annual medical visits were nearly four times more likely to have positive results for GAD. Women were 1.6 times more likely to have positive results than men were. Patients who tested positive reported insomnia-type sleep disturbances, depressive symptoms, fatigue, and gastric problems significantly more often than others. Forty-two percent had consulted a family physician in the past year with a complaint of anxiety. Eighty percent of patients who tested positive reported they believed they had an anxiety problem, and this belief predicted positive test results (odds ratio = 20.3). Yet most reported not having sought other types of medical or psychological care specifically for anxiety in the past year.

Conclusion: Some patients in this sample with symptoms of GAD mainly seek primary care for their symptoms. Questions about excessive worrying and anxiety, as part of routine examination, can increase recognition of GAD.

OBJECTIF: Examiner l’utilisation des services de santé et le comportement de recherche de soins rapportés par les patients répondant aux critères du DSM-IV pour l’anxiété généralisée (AG).

TYPE D’ÉTUDE: Enquête effectuée auprès de patients externes recrutés à trois moments différents de la journée à l’aide de questionnaires sur l’inquiétude et l’anxiété (questionnaire de dépistage de l’AG en six points basé sur les critères du DSM-IV), sur la perception qu’ils ont de leurs problèmes de santé, et sur leurs habitudes de recherche et d’utilisation des soins médicaux. L’évaluation comprenait aussi des outils éprouvés pour évaluer les symptômes d’insomnie et de dépression. Tous les patients qui consultaient pour des soins médicaux étaient invités à participer. Les participants ont répondu aux questions pendant qu’ils attendaient dans la salle d’attente.

CONTEXTE: Quatre cliniques médicales extra-hospitalières de la région métropolitaine de la ville de Québec.

PARTICIPANTS: Un total de 1878 patients ont été invités à participer. Sur les 1110 sujets finalement retenus, 219 (19,7%) répondaient aux critères d’AG.

PRINCIPAUX PARAMÈTRES ÉTUDIÉS: Inquiétude et anxiété rapportées par les patients (selon les critères du DSM-IV pour l’AG), perception du patient de ses problèmes de santé, son comportement de recherche et d’utilisation des soins de santé, et la présence d’insomnie et de symptômes de dépression.

RÉSULTATS: Par rapport aux autres participants, ceux qui répondaient positivement au test de dépistage de l’AG déclaraient une plus grande fréquence de visites médicales (5,3 vs 3,4/an). Ceux qui avouaient en faire cinq ou plus par année avaient presque quatre fois plus de chances d’avoir un résultat positif pour l’AG. Les femmes avaient 1,6 fois plus de chances d’avoir des résultats positifs que les hommes. Les patients avec des résultats positifs rapportaient des troubles du sommeil de type insomnie, des symptômes de dépression, de la fatigue et des troubles gastriques avec une fréquence significativement plus élevée que les autres participants. Quarante-deux pour cent d’entre eux avaient consulté un médecin de famille pour un problème d’anxiété dans l’année précédente. Quatre-vingt pour cent des patients positifs ont dit qu’ils croyaient avoir un problème d’anxiété, et cette croyance permettait de prédire un résultat positif au dépistage (rapport de cotes = 20,3). Pourtant, la plupart déclaraient ne pas avoir cherché d’autres types d’aide médicale ou psychologique pour l’anxiété au cours de l’année précédente.

CONCLUSION: Certains des patients de cet échantillon qui présentent des symptômes d’AG s’adressent surtout aux services de santé primaires pour leurs symptômes. En posant des questions sur l’anxiété et l’inquiétude excessive durant un examen de routine, le médecin pourra mieux dépister l’AG.

MeSH terms

  • Adult
  • Anxiety Disorders / diagnosis
  • Anxiety Disorders / psychology*
  • Anxiety Disorders / therapy
  • Female
  • Health Behavior*
  • Health Care Surveys
  • Health Services / statistics & numerical data*
  • Humans
  • Male
  • Middle Aged
  • Primary Health Care / statistics & numerical data*
  • Quebec