Desk potatoes: the importance of occupational physical activity on health

Can J Public Health. Jul-Aug 2008;99(4):311-8. doi: 10.1007/BF03403762.

Abstract

Objectives: To determine the relationship between occupational physical activity (OPA) and chronic disease after controlling for leisure-time physical activity (LTPA) and other risk factors.

Methods: Using cycle 2.1 of the Canadian Community Health Survey, OPA energy expenditure was derived. The association of OPA with any self-reported chronic disease, heart disease or diabetes was determined using logistic regression while controlling for confounders. The analyses of OPA controlled for age, sex, ethnicity, BMI, smoking status, time since immigration, income, education and LTPA.

Results: High OPA was associated with reduced odds of having any chronic disease (OR = 0.89) independent of LTPA status. Similar significant associations were also observed for heart disease (OR = 0.61) and diabetes (OR = 0.72).

Conclusion: High OPA is associated with reduced odds of chronic disease independent of LTPA. Accordingly, it is important that physical activity questionnaires carefully assess OPA in addition to LTPA.

Objectifs: Déterminer le lien entre l’activité physique au travail (APT) et les maladies chroniques en tenant compte de l’activité physique pendant les loisirs (APPL) et d’autres facteurs de risque.

Méthode: Nous avons calculé la force dépensée lors de l’APT à l’aide des données du cycle 2.1 de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes. Le lien entre l’APT et une maladie chronique, une maladie coronarienne ou le diabète (déclarés par l’intéressé) a été déterminé par régression logistique après avoir apporté des ajustements pour tenir compte des effets de facteurs confusionnels. Nos analyses de l’APT ont pris en compte l’âge, le sexe, l’appartenance ethnique, l’indice de masse corporelle, le tabagisme, le temps écoulé depuis l’immigration, le revenu, l’instruction et l’APPL.

Résultats: Une APT élevée était associée à la probabilité réduite d’avoir une maladie chronique (RC=0,89), quel que soit le niveau d’APPL. Des associations significatives ont aussi été observées à l’égard des maladies coronariennes (RC=0,61) et du diabète (RC=0,72).

Conclusion: Une APT élevée est associée à une probabilité réduite d’avoir une maladie chronique, peu importe le niveau d’APPL. Il est donc important que les questionnaires sur l’activité physique évaluent soigneusement l’APT en plus de l’APPL.

MeSH terms

  • Adolescent
  • Adult
  • Canada / epidemiology
  • Chronic Disease / epidemiology
  • Energy Metabolism*
  • Exercise*
  • Female
  • Health Surveys
  • Humans
  • Logistic Models
  • Male
  • Middle Aged
  • Motor Activity*
  • Occupational Health*
  • Population Surveillance
  • Risk Factors