Clinical presentation, diagnosis and management of Cryptococcus gattii cases: Lessons learned from British Columbia

Can J Infect Dis Med Microbiol. Spring 2009;20(1):23-8. doi: 10.1155/2009/719659.

Abstract
in En , French

The environmental fungus Cryptococcus gattii emerged on Vancouver Island, British Columbia (BC), in 1999. By the end of 2006, it led to 176 cases and eight deaths - one of the highest burdens of C gattii disease worldwide. The present paper describes three cases, and the BC experience in the diagnosis and management of this infection. All three cases presented with pulmonary findings, including cryptococcomas and infiltrates. One also presented with brain cryptococcomas. Cases were diagnosed by chest and brain imaging, and laboratory evidence including serum or cerebrospinal fluid cryptococcal antigen detection and culture of respiratory or cerebrospinal fluid specimens. Genotyping of fungal isolates confirmed infection with C gattii VGIIa. Pulmonary cases were treated with fluconazole. One patient with central nervous system disease was treated with amphotericin B followed by fluconazole. Although this infection remains rare, clinicians should be aware of it in patients with a compatible clinical presentation who are either living in or returning from a trip to BC.

Le champignon Cryptococcus gattii, qui est présent dans l’environnement, a fait son apparition sur l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique (C.-B.), en 1999. À la fin de 2006, on dénombrait 176 cas d’infection et huit décès, l’un des fardeaux les plus lourds imputables à C. gattii dans le monde. Le présent article décrit trois cas et fait le point sur l’expérience de la Colombie-Britannique en matière de diagnostic et de traitement de cette infection. Dans les trois cas, on notait des symptômes pulmonaires, des cryptococcomes et des infiltrats, et l’un d’entre eux présentait aussi de cryptococcomes cérébraux. Les cas ont été diagnostiqués au moyen d’épreuves d’imagerie pulmonaires et cérébrales, et d’analyses de laboratoire, comme le dépistage de l’antigène du cryptocoque dans le sérum et le liquide céphalo-rachidien (LCR) et la culture de spécimens d’expectorations et de LCR. Le génotypage des isolats fongiques a confirmé l’infection à C. gattii VGIIa. Les infections pulmonaires ont été traitées par fluconazole. Un patient dont le système nerveux central était affecté a été traité par amphotéricine B, suivie de fluconazole. Bien que cette infection reste rare, les médecins doivent en soupçonner la présence si le tableau clinique concorde chez des gens qui vivent ou ont voyagé en Colombie-Britannique

Keywords: Case series; Cryptococcus gattii; Diagnosis; Treatment.

Publication types

  • Case Reports