Optimizing pulmonary rehabilitation in chronic obstructive pulmonary disease--practical issues: a Canadian Thoracic Society Clinical Practice Guideline

Can Respir J. Jul-Aug 2010;17(4):159-68. doi: 10.1155/2010/425975.

Abstract

Pulmonary rehabilitation (PR) participation is the standard of care for patients with chronic obstructive pulmonary disease (COPD) who remain symptomatic despite bronchodilator therapies. However, there are questions about specific aspects of PR programming including optimal site of rehabilitation delivery, components of rehabilitation programming, duration of rehabilitation, target populations and timing of rehabilitation. The present document was compiled to specifically address these important clinical issues, using an evidence-based, systematic review process led by a representative interprofessional panel of experts. The evidence reveals there are no differences in major patient-related outcomes of PR between nonhospital- (community or home sites) or hospital-based sites. There is strong support to recommend that COPD patients initiate PR within one month following an acute exacerbation due to benefits of improved dyspnea, exercise tolerance and health-related quality of life relative to usual care. Moreover, the benefits of PR are evident in both men and women, and in patients with moderate, severe and very severe COPD. The current review also suggests that longer PR programs, beyond six to eight weeks duration, be provided for COPD patients, and that while aerobic training is the foundation of PR, endurance and functional ability may be further improved with both aerobic and resistance training.

La participation à une réadaptation pulmonaire (RP) est la norme de soins pour les patients ayant une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) qui demeure symptomatiques malgré une thérapie aux bronchodilatateurs. Cependant, des questions sont soulevées à l’égard d’aspects précis du programme de RP, y compris le lieu optimal d’exécution de la réadaptation, les éléments du programme de réadaptation, la durée de la réadaptation, les populations ciblées et le moment de la réadaptation. Le présent document a été compilé pour aborder précisément ces questions cliniques d’importance au moyen d’un processus d’analyse systématique probant dirigé par un groupe d’experts interprofessionnels représentatifs. Les données probantes révèlent qu’il n’y a pas de différences dans les principales issues de la RP entre les patients en milieu non hospitalier (milieu communautaire ou à domicile) et hospitalier. Il est fortement préconisé de recommander que les patients ayant une MPOC amorcent la RP dans le mois suivant une exacerbation aiguë, en raison des avantages liés à l’amélioration de la dyspnée, à la tolérance à l’exercice et à la qualité de vie liée à la santé découlant des soins usuels. De plus, les bienfaits de la RP sont évidents tant chez les hommes que chez les femmes, de même que chez les patients ayant une MOPC modérée, grave ou très grave. L’analyse indique également d’offrir des programmes de RP plus longs, de plus de six à huit semaines, aux patients ayant un MPOC et que, même si l’entraînement aérobique est la base de la RP, l’endurance et la capacité fonctionnelle peuvent s’accroître grâce à un entraînement aérobique et musculaire.

Publication types

  • Practice Guideline
  • Review
  • Systematic Review

MeSH terms

  • Delivery of Health Care
  • Female
  • Humans
  • Male
  • Pulmonary Disease, Chronic Obstructive / rehabilitation*
  • Resistance Training
  • Sex Factors
  • Time Factors