The impact of sirolimus on hepatitis C recurrence after liver transplantation

Can J Gastroenterol. 2011 Jan;25(1):28-34. doi: 10.1155/2011/201019.

Abstract
in En , French

Background: While some immunosuppression strategies may accelerate hepatitis C virus (HCV) recurrence after liver transplantation (LT), the impact of sirolimus (SRL) is not known.

Objective: To assess the risk of biopsy-proven HCV recurrence and patient survival using known and suspected risk factors for HCV recurrence as covariates.

Methods: A retrospective analysis of 141 consecutive patients, including 88 who received de novo SRL therapy, who had undergone a first LT for HCV cirrhosis was conducted. Known and suspected risk factor covariates including transplant era, donor and recipient age, Model for End-stage Liver Disease score, cold ischemia time, immunosuppressive drugs and steroid treatment rejection rates were used in the assessment.

Results: Overall, 72.3% of the cohort developed biopsy-proven HCV recurrence. The incidence of HCV recurrence was not significantly different for patients treated with SRL (75% versus 69.8%; P=0.5). There was no difference found for time to recurrence, nor did mean activity or fibrosis scores differ at the time of initial recurrence. However, on follow-up using serial biopsies in patients with recurrence, the mean activity and fibrosis scores were significantly lower in the SRL group. Donor age and acute rejection episodes were the only factors affecting the HCV recurrence rate (expB 1.02 [95% CI 1.01 to 1.03]); P=0.03; and expB 2.8 [95% CI 1.8 to 4.3]; P<0.01], respectively). SRL treatment did not alter patient survival rates. Among patients treated with SRL-based immunosuppression, higher drug area under the curve levels were associated with a trend to lower disease activity and fibrosis at diagnosis; however, higher SRL levels were associated with shorter recurrence-free survival (P=0.038).

Conclusion: Results of the present analysis suggest that de novo SRL-based immunosuppression can be safely used in patients undergoing LT for HCV-associated liver disease; however, SRL-based immunosuppression did not significantly affect the timing or severity of post-transplant HCV recurrence. HCV recurrence in SRL-treated patients had lower progressive activity and fibrosis levels on serial biopsy.

HISTORIQUE: Certaines stratégies d’immunosuppression peuvent accélérer la récurrence du virus d’hépatite C (VHC) après une greffe du foie (GF), mais on ne connaît pas les effets du sirolimus (SRL).

OBJECTIF: Évaluer le risque de récurrence de VHC démontrée par biopsie et la survie des patients au moyen des covariables des facteurs de risque connus et présumés de récurrence du VHC.

MÉTHODOLOGIE: Les chercheurs ont procédé à une analyse rétrospective de 141 patients consécutifs, y compris 88 qui avaient reçu pour la première fois une thérapie au SRL et qui avaient subi une première GF en raison d’une cirrhose à VHC. Pour procéder à l’évaluation, ils ont utilisé les covariables des facteurs de risque connus et présumés, y compris l’époque de la greffe, l’âge du donneur et du receveur, l’indice du modèle de maladie du foie en phase terminale, la période d’ischémie froide ainsi que les taux de rejet des immunosuppresseurs et de la corticothérapie.

RÉSULTATS: Dans l’ensemble, 72,3 % des membres de la cohorte ont acquis une récurrence de VHC démontrée par biopsie. L’incidence de récurrence de VHC n’était pas significativement différente pour les patients traités au SRL (75 % par rapport à 69,8 %; P=0,5). Les chercheurs n’ont constaté ni différence de délai avant la récurrence ni différence d’activité moyenne ou d’indices de fibrose au moment de la récurrence initiale. Cependant, au suivi effectué par biopsies sérielles chez les patients ayant une récurrence, l’activité moyenne et les indices de fibrose étaient considérablement plus faibles dans le groupe prenant du SRL. L’âge du donneur et les épisodes de rejet aigus étaient les seuls facteurs touchant le taux de récurrence de VHC (expB 1,02 [95 % IC 1,01 à 1,03]); P=0,03; et expB 2,8 [95 % IC 1,8 à 4,3]; P<0,01], respectivement). Le traitement au SRL ne modifiait pas le taux de survie des patients. Chez les patients traités par immunosuppression au SRL, une plus grande surface de médicaments sous la courbe s’associait à une tendance vers une plus faible activité de la maladie et de la fibrose au diagnostic. Cependant, des taux de SRL plus élevés s’associaient à une survie plus courte sans récurrence (P=0,038).

CONCLUSION: D’après les résultats de la présente analyse, une nouvelle immunosuppression au SRL peut être utilisée en toute sécurité chez les patients qui subissent une GF en raison d’une maladie hépatique liée au VHC. Cependant, l’immunosuppression par le SRL ne changeait pas le moment ou la gravité de la récurrence de VHC de manière significative après la greffe. La récurrence de VHC chez les patients traités au SRL présentait une activité progressive et un taux de fibrose plus faibles à la biopsie sérielle.

MeSH terms

  • Adult
  • Aged
  • Calcineurin Inhibitors
  • Disease Progression
  • Female
  • Hepatitis C / prevention & control*
  • Hepatitis C / surgery
  • Humans
  • Immunosuppressive Agents / therapeutic use*
  • Kaplan-Meier Estimate
  • Liver Cirrhosis / surgery*
  • Liver Cirrhosis / virology
  • Liver Transplantation
  • Male
  • Middle Aged
  • Multivariate Analysis
  • Retrospective Studies
  • Sirolimus / therapeutic use*

Substances

  • Calcineurin Inhibitors
  • Immunosuppressive Agents
  • Sirolimus