Risk of coinfection with Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae in Nova Scotia

Can J Infect Dis Med Microbiol. Summer 2010;21(2):e84-6. doi: 10.1155/2010/760218.

Abstract

Background: The frequency of Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae coinfection can vary depending on their individual incidence and prevalence rates.

Objective: To determine the frequency of C trachomatis and N gonorrhoeae coinfections by evaluating the results of testing in 2007 and 2008 to better inform testing and treatment decisions.

Methods: Specimens from the same patient submitted on the same day served as the basis for the present study. The age, sex and the source of the specimen were also linked to the accession number. Infection and coinfection rates were analyzed in both males and females.

Results: Concurrent testing was performed on 41,567 female specimens and 1827 male specimens, of which, 1495 female samples (3.6%) tested positive for C trachomatis infection and 88 (0.2%) tested positive for N gonorrhoeae infections. Only 31 females were coinfected; however, for those between 11 and 25 years of age, 25 of 61 females (40.1%) with N gonorrhoeae infection also tested positive for C trachomatis infection; conversely, 25 of 1248 females (2.0%) with C trachomatis infection also tested positive for N gonorrhoeae infection. For males, 213 (11.7%) tested positive for C trachomatis infection, and 59 (3.2%) tested positive for N gonorrhoeae infection. In 30 males with N gonorrhoeae between 11 and 25 years of age, and 149 males with C trachomatis, eight coinfections were observed (26.7% and 5.3%, respectively). Of those older than 25 years of age, only five of 905 men and six of 19,465 women were coinfected. None of the 10,935 women who were 30 years of age or older had coinfections.

Conclusion: The N gonorrhoeae coinfection rate in males with C trachomatis may justify empirical antimicrobials; however, in females, the proportion of coinfected may not justify empirical treatment for N gonorrhoeae infection when the C trachomatis test is positive and N gonorrhoeae testing has not been performed.

HISTORIQUE:: La fréquence de co-infections par le Chlamydia trachomatis et la Neisseria gonorrhoeae peut varier selon l’incidence et le taux de prévalence de chaque infection.

OBJECTIF:: Déterminer la fréquence de co-infections en évaluant les résultats des tests effectués en 2007 et 2008 afin de mieux éclairer les décisions à l’égard des tests et des traitements.

MÉTHODOLOGIE:: L’auteur s’est servi des échantillons d’un même patient soumis la même journée pour mener la présente étude. Il a également lié l’âge, le sexe et la source de l’échantillon au numéro d’entrée. Il a analysé les taux d’infections et de co-infections chez les hommes et les femmes.

RÉSULTATS:: Des tests concomitants ont été exécutés sur 41 567 échantillons de femmes et 1 827 échantillons d’hommes. De ce nombre, 1 495 échantillons de femmes (3,6 %) étaient positifs à l’infection par le C trachomatis et 88 (0,2 %), à l’infection par la N gonorrhoeae. Seulement 31 femmes étaient co-infectées. Toutefois, 25 des 61 femmes de 11 à 25 ans (40,1 %) infectées par la N gonorrhoeae étaient également positives à l’infection par le C trachomatis, mais seulement 25 des 1 248 femmes (2,0 %) infectées par le C trachomatis étaient également positives à l’infection par la N gonorrhoeae. Chez les hommes, 213 (11,7 %) étaient positifs à l’infection par le C trachomatis, et 59 (3,2%), à l’infection par la N gonorrhoeae. Chez les 30 hommes de 11 à 25 ans infectés par la N gonorrhoeae et les 149 hommes infectés par le C trachomatis, on a observé huit co-infections (26,7 % et 5,3 %, respectivement). Cependant, seulement cinq des 905 hommes et six des 19 465 femmes de 25 ans et plus étaient co-infectés. Aucune des 10 935 femmes de 30 ans ou plus n’était co-infectée.

CONCLUSION:: Le taux de co-infections par la N gonorrhoeae chez les hommes infectés par le C trachomatis peut justifier la prescription empirique d’antimicrobiens, mais chez les femmes, la proportion de co-infections ne justifie peut-être pas un traitement empirique contre l’infection par la N gonorrhoea lorsque le test du C trachomatis est positif, mais que le test de la N gonorrhoeae n’a pas été effectué.

Keywords: Chlamydia trachomatis; Coinfection; Neisseria gonorrhoeae.