Development assistance for health: donor commitment as a critical success factor

Can J Public Health. Nov-Dec 2011;102(6):421-3. doi: 10.1007/BF03404191.

Abstract

In 1970, led by Canada, the world's richest nations pledged 0.7% of their gross national income (GNI) to official development assistance (ODA). Although this pledge has been renewed several times, with the exception of only five countries, ODA allocations have lagged chronically behind this commitment. Put more bluntly, our rhetoric outpaces our actions. For example, spending only 0.3% GNI on development, Canada performs at about 40% of its pledge. The good news is that development assistance for health has improved over the past two decades, mostly due to private development assistance (PDA) and favourable shifts within bilateral and multilateral funding, but clearly more must be done to enhance this effort. Actions in support of the Millennium Development Goals and the Paris Declaration on Aid Effectiveness should make a difference, subject to monitoring and evaluation, and Canada's Muskoka Initiative also is a step in the right direction. However, while success in meeting international development and global health goals depends on donor and recipient nations working as partners through such mechanisms, the relevance of the developed world as a force for global health will be measured in part by how well its governments keep their development commitments.

En 1970, sous l’égide du Canada, les pays les plus riches ont annoncé une contribution de 0,7 % de leur revenu national brut (RNB) à l’aide publique au développement (APD). Cette promesse a été renouvelée plusieurs fois. Pourtant, à l’exception de cinq pays seulement, les montants consentis à l’APD ont été en décalage chronique par rapport à cet engagement. Pour parler franc, nos discours creux ont pris le pas sur nos actions. Par exemple, en ne consacrant que 0,3 % de son RNB au développement, le Canada n’en est qu’à environ 40 % de sa contribution annoncée. La bonne nouvelle est que l’aide au développement en santé augmente depuis les 20 dernières années, surtout grâce à l’aide au développement privée et à des transferts favorables entre le financement bilatéral et multilatéral, mais il est clair qu’il faut en faire plus pour améliorer cet effort. Les actions à l’appui des objectifs du Millénaire pour le développement et de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide devraient peser dans la balance, à condition de faire l’objet d’un suiviévaluation; l’Initiative de Muskoka du Canada est aussi un pas dans la bonne direction. Cependant, si l’atteinte des objectifs de développement international et de santé mondiale dépend de la collaboration entre pays donateurs et pays bénéficiaires à la faveur de tels mécanismes, la pertinence des pays développés comme une force pour la santé mondiale se mesurera en partie par la façon dont les gouvernements de ces pays tiendront leurs engagements en matière de développement.

MeSH terms

  • Canada
  • Developed Countries / economics*
  • Developed Countries / statistics & numerical data
  • Developing Countries / economics*
  • Developing Countries / statistics & numerical data
  • Financial Support*
  • Humans
  • International Cooperation
  • Private Sector / economics
  • Public Health / economics*
  • Public Health / statistics & numerical data
  • Public Sector / economics