Laboratory diagnosis for Giardia lamblia infection: A comparison of microscopy, coprodiagnosis and serology

Can J Infect Dis. 1997 Jan;8(1):33-8. doi: 10.1155/1997/270179.

Abstract

Objective: To evaluate newer techniques such as coproantigen detection and serology in the diagnosis of symptomatic Giardia lamblia infection.

Design: Blinded comparison of copro-antigen detection (by ELISA), serology (immunoglobulin IgG and IgM anti-G lamblia by ELISA, and IgG, IgM and IgA by immunoblot) and microscopy in clinical samples. Microscopic findings for three preserved stools were considered the gold standard.

Setting: Travel medicine clinic.

Population studied: Adults, post-travel, with gastrointestinal symptomatology.

Main results: For 152 previously collected stools, copro-antigen detection had a sensitivity of 73 of 74 (98.6%) and a specificity of 78 of 78 (100%). In clinical samples of 62 patients, eight of the 62 patients (13%) were diagnosed with G lamblia infection on microscopy. Copro-antigen diagnosis was accurate in symptomatic patients, with sensitivity of seven of eight (87.5%) and specificity of 52 of 54 (96.8%). Serology was less accurate. IgG response to G lamblia had sensitivity of four of seven and specificity of 24 of 50 (48%), and IgM response had sensitivity of three of six and specificity 27 of 48 (56%). Western blot had a sensitivity of five of seven and a specificity of 38 of 49 (78%).

Conclusions: Copro-antigen diagnosis of G lamblia is highly accurate in patients with chronic gastrointestinal complaints, while serology is less accurate and appears to be less useful diagnostically.

OBJECTIF :: Évaluer les plus récentes techniques, telles que le dépistage des coproantigènes et la sérologie, dans le diagnostic de l’infection symptomatique à Giardia lamblia.

MODÈLE :: Une comparaison à l’insu du dépistage des coproantigènes (par ELISA), de la sérologie (immunoglobulines IgG et IgM anti-G lamblia par ELISA et l’IgG, IgM et IgA par immunotransfert) et examen à la microscopie d’échantillons cliniques. Les observations microscopiques de trois spécimens de selles conservés ont été considérées comme étalons.

CONTEXTE :: Clinique de médecine des voyageurs.

POPULATION ÉTUDIÉE :: Adultes revenant de voyage, souffrant de symptômes gastro-intestinaux.

PRINCIPAUX RÉSULTATS :: Pour 152 spécimens de selles recueillis précédemment, le dépistage des coproantigènes s’accompagnait d’une sensibilité de 73/74 (98,6 %) et d’une spécificité de 78/78 (100 %) pour des échantillons cliniques provenant de 62 patients, 8 des 62 patients (13%) ont reçu un diagnostic d’infection à G. lamblia à la microscopie. Le diagnostic par analyse des coproantigènes s’est révélé précis pour ce qui est des patients symptomatiques, avec une sensibilité de 7/8 (87,5 %) et une spécificité de 52/54 (96,8 %). La sérologie s’est révélée moins précise, la réponse pour les IgG à G. lamblia a donné une sensibilité de 4/7 et une spécificité de 24/50 (48 %) et pour les IgM, une sensibilité de 3/6 et une spécificité de 27/48 (56 %). Le buvardage de Western a offert quant à lui une sensibilité de 5/7 et une spécificité de 38/49 (78 %).

CONCLUSIONS:: Le diagnostic par l’analyse des coproantigènes de G. lamblia est très précis chez les patients qui souffrent de symptômes gastro-intestinaux chroniques alors que les épreuves sérologiques sont moins précises et semblent moins utiles au diagnostic.

Keywords: Copro-antigen; Diagnosis; Giardia lamblia.