Feasibility and effectiveness of a home-based exercise training program before lung resection surgery

Can Respir J. Mar-Apr 2013;20(2):e10-6. doi: 10.1155/2013/291059.

Abstract

Background: Patients with lung cancer often experience a reduction in exercise tolerance, muscle weakness and decreased quality of life. Although the effectiveness of pulmonary rehabilitation programs is well recognized in other forms of cancers and in many pulmonary diseases, few researchers have studied its impact in patients with lung cancer, particularly in those awaiting lung resection surgery (LRS).

Objectives: To investigate the feasibility of a short, home-based exercise training program (HBETP) with patients under investigation for non-small cell lung cancer and potential candidates for LRS, and to determine the effectiveness of this program on exercise tolerance, skeletal muscle strength and quality of life.

Methods: Sixteen patients with lung cancer awaiting LRS participated in a four-week HBETP including moderate aerobic activities (walking and cycling) and muscle training performed three times weekly. Before and after the intervention, a cardiopulmonary exercise test, a 6 min walk test and the assessment of muscle strength and quality of life were performed.

Results: Thirteen patients completed the four-week HBETP and all the patients completed >75% of the prescribed exercise sessions. The duration of the cycle endurance test (264±79 s versus 421±241 s; P<0.05) and the 6 min walk test distance (540±98 m versus 568±101 m; P<0.05) were significantly improved. Moreover, the strength of the deltoid, triceps and hamstrings were significantly improved (∆ post-pre training 1.82±2.83 kg, 1.32±1.75 kg and 3.41±3.7 kg; P<0.05, respectively).

Conclusion: In patients with lung cancer awaiting LRS, HBETP was feasible and improved exercise tolerance and muscle strength. This may be clinically relevant because poor exercise capacity and muscle weakness are predictors of postoperative complications.

HISTORIQUE :: Les patients atteints d’un cancer du poumon sont souvent moins tolérants à l’exercice et présentent souvent une faiblesse musculaire et une diminution de leur qualité de vie. Même si l’efficacité des programmes de réadaptation pulmonaire est reconnue pour d’autres formes de cancers et de nombreuses maladies pulmonaires, peu de chercheurs en ont étudié les répercussions en cas de cancer du poumon, notamment chez les personnes en attente d’une résection pulmonaire (RP).

OBJECTIFS :: Examiner la faisabilité d’un court programme d’exercices à domicile (CPED) chez des patients en cours d’examens diagnostiques d’un cancer pulmonaire non à petites cellules qui étaient des candidats potentiels à une RP, et déterminer l’efficacité de ces programmes sur la tolérance à l’exercice, la force musculaire squelettique et la qualité de vie.

MÉTHODOLOGIE :: Seize patients atteints d’un cancer du poumon en attente d’une RP ont participé à un CPED de quatre semaines comportant des activités aérobiques modérées (marche et vélo) et un entraînement musculaire à une fréquence de trois fois par semaine. Avant et après l’intervention, les patients ont subi une épreuve d’effort cardiorespiratoire, une épreuve d’effort de 6 minutes et une évaluation de la force musculaire et de la qualité de vie.

RÉSULTATS :: Treize patients ont effectué le CPED de quatre semaines et tous les patients ont effectué au moins 75 % des séances d’exercices prescrites. La durée du cycle de leur épreuve d’endurance (264±79 s par rapport à 421±241 s; P<0,05) et la distance de leur épreuve d’effort de 6 minutes (540±98 m par rapport à 568±101 m; P<0,05) s’amélioraient considérablement, de même que la force de leurs deltoïdes, de leurs triceps et de leurs ischiojambiers (Δ après-avant l’entraînement 1,82±2,83 kg, 1,32±1,75 kg et 3,41±3,7 kg; P<0,05, respectivement).

CONCLUSION :: Chez les patients atteints d’un cancer du poumon en attente d’une RP, le CPED était faisable et améliorait la tolérance à l’exercice et la force musculaire. Ce peut être pertinent sur le plan clinique, car une capacité à l’exercice médiocre et une faiblesse musculaire sont des prédicteurs de complications postopératoires.

Publication types

  • Research Support, Non-U.S. Gov't

MeSH terms

  • Aged
  • Carcinoma, Non-Small-Cell Lung / surgery*
  • Exercise Test
  • Exercise Therapy / methods*
  • Exercise Tolerance
  • Feasibility Studies
  • Female
  • Humans
  • Lung Neoplasms / surgery*
  • Male
  • Middle Aged
  • Muscle Strength
  • Pneumonectomy / rehabilitation*
  • Preoperative Period
  • Quality of Life
  • Self Care*
  • Spirometry
  • Treatment Outcome