Heterogeneity of Depressive Symptom Trajectories through Adolescence: Predicting Outcomes in Young Adulthood

J Can Acad Child Adolesc Psychiatry. 2013 May;22(2):96-105.

Abstract

Objective: This study describes developmental trajectories of depressive symptoms in adolescents and examines the association between trajectory group and mental health outcomes in young adulthood.

Methods: Depressive symptoms were self-reported every three months from grade seven through grade 11 by 1293 adolescents in the Nicotine Dependence in Teens (NDIT) study and followed in young adulthood (average age 20.4, SD=0.7, n=865). Semi-parametric growth modeling was used to identify sex-specific trajectories of depressive symptoms.

Results: THREE DISTINCT TRAJECTORY GROUPS WERE IDENTIFIED: 50% of boys and 29% of girls exhibited low, decreasing levels of depressive symptoms; 14% of boys and 28% of girls exhibited high and increasing levels; and 36% of boys and 43% of girls exhibited moderate levels with linear increase. Trajectory group was a statistically significant independent predictor of depression, stress, and self-rated mental health in young adulthood in boys and girls. Boys, but not girls, in the high trajectory group had a statistically significant increase in the likelihood of seeking psychiatric care.

Conclusions: Substantial heterogeneity in changes in depressive symptoms over time was found. Because early depressive symptoms predict mental health problems in young adulthood, monitoring adolescents for depressive symptoms may help identify those most at risk and in need of intervention.

Objectif: Cette étude décrit les trajectoires développementales des symptômes dépressifs chez les adolescents et examine l’association entre le groupe des trajectoires et les résultats de santé mentale au début de l’âge adulte.

Méthodes: Les symptômes dépressifs ont été auto-déclarés tous les trois mois, de la 7e à la 11e année, par 1293 adolescents de l’étude prospective NICO, et ont fait l’objet d’un suivi au début de l’âge adulte (âge moyen 20,4, ET=0,7, n=865). Une modélisation semi-paramétrique de la croissance a été utilisée pour identifier les trajectoires sexospécifiques des symptômes dépressifs.

Résultats: Trois groupes de trajectoires distincts ont été discernés: 50% des garçons et 29% des filles présentaient des niveaux faibles, décroissants de symptômes dépressifs; 14% des garçons et 28% des filles présentaient des niveaux élevés et croissants; et 36% des garçons et 43% des filles présentaient des niveaux modérés avec accroissement linéaire. Le groupe de trajectoires était un prédicteur indépendant statistiquement significatif de dépression, de stress, et de santé mentale autoévaluée chez les jeunes adultes, filles et garçons. Les garçons, mais pas les filles, du groupe de trajectoires élevées avaient une hausse statistiquement significative de la probabilité de recourir à des soins psychiatriques.

Conclusions: Une hétérogénéité substantielle des changements des symptômes dépressifs avec le temps a été observée. Parce que les symptômes dépressifs précoces prédisent des problèmes de santé mentale au début de l’âge adulte, surveiller les symptômes dépressifs des adolescents peut contribuer à identifier ceux qui sont les plus à risque et qui ont besoin d’une intervention.

Keywords: adolescents; depressive symptoms; development; latent growth modeling; mental health.