Treatment of vaginal agenesis using a modified McIndoe technique: Long-term follow-up of 23 patients and a literature review

Can J Plast Surg. Winter 2012;20(4):241-4. doi: 10.1177/229255031202000416.

Abstract

Background: Congenital vaginal agenesis is a rare malformation with an incidence of one in 4000 to 5000 female newborns. The purpose of vaginal agenesis treatment is not only to create an adequate passageway for penetration but also to facilitate satisfactory sexual intercourse.

Objective: To present the results of a modified McIndoe technique with respect to sexual function, vaginal length and complication rates in patients with vaginal agenesis.

Methods: Between 2002 and 2010, 23 patients with vaginal agenesis were admitted to the Gynecology Clinic of Istanbul University School of Medicine (Istanbul, Turkey) for vaginal reconstruction. All patients underwent a modified McIndoe procedure. The long-term results with a follow-up period ranging from 18 to 118 months are presented.

Results: The postoperative mean vaginal length was 8.4 cm (range 6 cm to 11 cm) in 19 patients who used the mould regularly. Among 14 patients who used the mould regularly and had partners, only one experienced severe pain during intercourse and 13 reported that they were engaging in satisfactory sexual activity with mild or no pain, and with good mucosal sensitivity. Conversely, two of three patients who used the mould irregularly experienced severe pain during intercourse and had a mean vaginal length of 6 cm (range 4 cm to 8 cm).

Conclusion: The findings suggest that a modified McIndoe technique is a simple, effective procedure for the treatment of vaginal agenesis; however, proper mould use after surgery remains the cornerstone of the treatment.

Historique: L’agénésie vaginale congénitale est une malformation rare à l’incidence de un cas sur 4 000 à 5 000 nouveau-nés de sexe féminin. Le traitement de l’agénésie vaginale vise non seulement à créer un passage suffisant pour la pénétration, mais également à favoriser des relations sexuelles satisfaisantes.

Objectif: Présenter les résultats d’une technique de McIndoe modifiée à l’égard de la fonction sexuelle, de la profondeur du vagin et des taux de complication chez les patients ayant une agénésie vaginale.

Méthodologie: De 2002 à 2010, 23 patientes ayant une agénésie vaginale ont été hospitalisées à la clinique de gynécologie de la faculté de médecine de l’université d’Istanbul, en Turquie, pour subir une reconstruction vaginale. Toutes les patientes ont subi une intervention de McIndoe modifiée. Les chercheurs présentent les résultats à long terme de cette intervention, après une période de suivi de 18 à 118 mois.

Résultats: Le vagin avait une profondeur moyenne de 8,4 cm après l’opération, variant de 6 cm à 11 cm chez les 19 patientes qui utilisaient le moule régulièrement. Chez les 14 patientes qui utilisaient le moule régulièrement et avaient des partenaires, une seule a ressenti des douleurs marquées pendant les relations sexuelles, et 13 ont déclaré avoir des relations sexuelles satisfaisantes associées à des douleurs légères, sinon inexistantes, et à une bonne sensibilité muqueuse. Par contre, deux des trois patientes qui n’utilisaient pas le moule régulièrement ont ressenti des douleurs marquées pendant les relations sexuelles, et leur vagin avait une profondeur moyenne de 6 cm (plage de 4 cm à 8 cm).

Conclusion: D’après les observations, la technique de McIndoe modifiée est une intervention simple et efficace pour traiter l’agénésie vaginale, mais une bonne utilisation des moules après l’opération demeure la pierre angulaire du traitement.

Keywords: McIndoe technique; Vaginal agenesis; Vaginoplasty.

Publication types

  • Review