The relationship between pain and eating among overweight and obese individuals with osteoarthritis: an ecological momentary study

Pain Res Manag. Nov-Dec 2014;19(6):e159-63. doi: 10.1155/2014/598382. Epub 2014 Jun 9.

Abstract

Background: Osteoarthritis (OA) patients who are overweight or obese report higher levels of pain compared with their normal-weight OA counterparts. Evidence suggests that overweight or obese OA patients also experience pain relief from eating foods high in calories, fat or sugar. Eating to alleviate pain may be problematic because it can lead to additional weight gain, which may contribute to heightened pain.

Objectives: To investigate the relationship between pain and food intake using ecological momentary assessments in a sample of 71 overweight and obese OA patients.

Methods: Participants completed two consecutive days of diary entries in which they recorded their levels of pain, mood and food intake throughout the day. Data were analyzed using generalized estimating equations that modelled pain as a predictor of calorie, fat and sugar intake. All models were adjusted for sex, body mass index, negative mood, time and treatment history.

Results: Pain significantly predicted calorie (Z=2.57; P=0.01) and fat intake (Z=1.99; P=0.05).

Conclusions: Using ecological momentary assessments as a novel approach, the present study provides preliminary data supporting a relationship between pain and food intake among overweight and obese OA patients. Continued advances in our understanding of the relationship between pain and eating behaviour may help to optimize intervention strategies for these patients.

HISTORIQUE :: Les patients qui font de l’arthrose et qui font de l’embonpoint ou sont obèses déclarent un niveau de douleur plus important que leurs homologues qui font de l’arthrose et dont le poids est normal. D’après les données probantes, les patients qui font de l’arthrose et qui font de l’embonpoint ou sont obèses voient leur douleur soulagée par la consommation d’aliments riches en calories, en matières grasses ou en sucre. Il peut être problématique de manger pour soulager la douleur, car cette habitude peut favoriser la prise de poids, ce qui peut contribuer à accroître la douleur.

OBJECTIFS :: Explorer le lien entre la douleur et la consommation d’aliments au moyen d’évaluations écologiques momentanées auprès d’un échantillon de 71 patients qui font de l’arthrose et qui sont obèses ou font de l’embonpoint.

MÉTHODOLOGIE :: Pendant deux jours consécutifs, les participants ont inscrit dans un journal leur niveau de douleur, leur humeur et leur consommation d’aliments tout au long de la journée. Les chercheurs ont analysé les données au moyen d’équations d’estimation généralisées faisant appel à un modèle de douleur comme prédicteur de consommation de calories, de matières grasses et de sucre. Tous les modèles ont été rajustés compte tenu du sexe, de l’indice de masse corporelle, de l’humeur négative, du moment et des antécédents thérapeutiques.

RÉSULTATS :: La douleur était un prédicteur important de consommation de calories (Z=2,57, P=0,01) et de matières grasses (Z=1,99, P=0,05).

CONCLUSIONS :: Au moyen d’une démarche novatrice d’évaluations écologiques momentanées, la présente étude fournit des données préliminaires qui appuient un lien entre la douleur et la consommation d’aliments chez les patients qui font de l’arthrose et qui sont obèses ou font de l’embonpoint. Notre compréhension croissante du lien entre la douleur et les comportements liés à l’alimentation pourrait contribuer à optimiser les stratégies interventionnelles auprès de ces patients.

MeSH terms

  • Feeding Behavior / psychology*
  • Female
  • Humans
  • Male
  • Middle Aged
  • Obesity / complications
  • Obesity / psychology*
  • Osteoarthritis / complications*
  • Overweight / complications
  • Overweight / psychology*
  • Pain / etiology
  • Pain / psychology*