Innovation in hepatic alveolar echinococcosis imaging: best use of old tools, and necessary evaluation of new ones

Parasite. 2014;21:74. doi: 10.1051/parasite/2014072. Epub 2014 Dec 23.

Abstract

Hepatic Alveolar Echinococcosis (HAE), caused by larvae of Echinococcus multilocularis, is a rare but potentially lethal parasitic disease. The first diagnostic suspicion is usually based on hepatic ultrasound exam performed because of abdominal symptoms or in the context of a general checkup; HAE diagnosis may thus also be an incidental finding on imaging. The next step should be Computed Tomography (CT) or Magnetic Resonance Imaging (MRI). They play an important role in the initial assessment of the disease; with chest and brain imaging, they are necessary to assess the PNM stage (parasite lesion, neighboring organ invasion, metastases) of a patient with AE. Performed at least yearly, they also represent key exams for long-term follow-up after therapeutic interventions. Familiarity of radiologists with HAE imaging findings, especially in the endemic regions, will enable earlier diagnosis and more effective treatment. Fluorodeoxyglucose Positron Emission Tomography (FDG-PET) is currently considered to be the only noninvasive, albeit indirect, tool for the detection of metabolic activity in AE. Delayed acquisition of images (3 hrs after FDG injection) enhances its sensitivity for the assessment of lesion metabolism and its reliability for the continuation/withdrawal of anti-parasite treatment. However, sophisticated equipment and high cost widely limit PET/CT use for routine evaluation. Preliminary studies show that new techniques, such as contrast-enhanced ultrasound (US), Dual Energy CT or Spectral CT, and Diffusion-Weighted MRI, might also be useful in detecting the blood supply and metabolism of lesions. However, they cannot be recommended before further evaluation of their reliability in a larger number of patients with a variety of locations and stages of AE lesions.

L’échinococcose alvéolaire hépatique (EAH), causée par les larves d’Echinococcus multilocularis, est une maladie parasitaire rare mais potentiellement fatale. La première suspicion diagnostique provient généralement d’une échographie hépatique réalisée en raison de symptômes abdominaux, ou à l’occasion d’un bilan plus général; la découverte de l’EAH est donc parfois fortuite. L’étape suivante doit comporter un scanner et/ou une imagerie en résonance magnétique nucléaire (IRM), qui, incluant la recherche de localisations pulmonaires et cérébrales, jouent un rôle important dans l’évaluation initiale de la maladie et sont absolument nécessaires pour déterminer le stade PNM (lésion parasitaire, invasion des organes proches, métastases) de l’EA. Répétées au moins une fois par an, elles représentent les examens-clés pour le suivi des patients à long-terme et le management de leur traitement. Une meilleure familiarité des radiologues avec l’imagerie de l’EAH contribuerait largement au diagnostic précoce de l’affection dans les zones d’endémie et à un traitement plus efficace. La Tomographie par Émission de Positons au Fluorodéoxyglucose (FDG-TEP) est actuellement considérée comme la meilleure technique non-invasive, bien qu’indirecte, d’évaluation métabolique de l’EAH. L’acquisition tardive (3 heures après injection du FDG) des images améliore sa sensibilité diagnostique et sa fiabilité comme indicateur de poursuite/arrêt du traitement antiparasitaire. Cependant, l’équipement sophistiqué et le coût élevé de cette technique en limite considérablement l’utilisation en routine. Les résultats préliminaires obtenus avec des techniques plus abordables d’évaluation fonctionnelle comme l’échographie de contraste, le scanner en acquisition spectrale ou bi-énergie, ou l’IRM pondérée en diffusion, suggèrent qu’elles sont capables d’évaluer aussi la suppléance vasculaire et l’activité métabolique dans cette indication. Elles ne peuvent cependant pas être recommandées pour une utilisation de routine avant que des études sur un nombre de patients plus élevé, présentant des localisations et des stades évolutifs variés, n’aient été réalisées.

肝泡型包虫病是一种少见的但具有致命风险的寄生虫病。其初诊往往基于患者出现腹部不适症状或常规体检时所进行的超声检查;也就是说肝泡型包虫病多数情况是在影像学检查时偶然发现的。接下来这些患者就要进行肝脏的CT或磁共振(MRI)扫描 。这两项检查对本病的初步评估起着重要作用,头颅、胸部的扫描也必须同时进行以便进行 PNM分期。CT和MR在治疗后的随访工作中仍起着关键作用,建议至少一年进行一次随访检查。对泡型包虫病影像诊断富有经验的放射科医师,尤其是那些在疾病流行区域的医师,往往能够对本病进行早期诊断并指导更有效的治疗。氟脱氧葡萄糖标记的正电子发射断层成像(FDG-PET)是目前所公认唯一的一种能以间接无创的方式评价泡型包虫代谢活性的检测工具。FDG-PET延迟显像(在注射FDG3小时后)对判断包虫病灶代谢活性敏感并且能够为决定是否停用化疗药物提供有力的依据。然而PET/CT这种高端设备以其高昂的检查费用使它不能够普及应用来进行泡型包虫病的评估。初步研究表明,新的成像技术如超声造影、双能/能谱CT和磁共振弥散加权成像,有望能够检测病变的血供情况及判断代谢活性。然而,这些成像方法目前还不能推广,尚需进行多中心大样本和不同分期病例的进一观察期来确定其临床应用的可靠性。

Publication types

  • Review

MeSH terms

  • Aftercare
  • Animals
  • Calcinosis / diagnostic imaging
  • Contrast Media
  • Diagnostic Imaging / methods*
  • Diagnostic Imaging / trends
  • Echinococcosis
  • Echinococcosis, Hepatic / diagnosis*
  • Echinococcosis, Hepatic / diagnostic imaging
  • Echinococcosis, Hepatic / parasitology
  • Echinococcosis, Hepatic / pathology
  • Echinococcus multilocularis / growth & development
  • Echinococcus multilocularis / isolation & purification
  • Fluorine Radioisotopes
  • Fluorodeoxyglucose F18
  • Humans
  • Inventions
  • Larva
  • Magnetic Resonance Imaging / methods
  • Phospholipids
  • Positron-Emission Tomography
  • Radiopharmaceuticals
  • Sulfur Hexafluoride
  • Tomography, X-Ray Computed / methods
  • Ultrasonography

Substances

  • Contrast Media
  • Fluorine Radioisotopes
  • Phospholipids
  • Radiopharmaceuticals
  • contrast agent BR1
  • Fluorodeoxyglucose F18
  • Sulfur Hexafluoride

Supplementary concepts

  • Alveolar echinococcosis