Endometrial ablation in the management of abnormal uterine bleeding

J Obstet Gynaecol Can. 2015 Apr;37(4):362-79. doi: 10.1016/s1701-2163(15)30288-7.

Abstract
in En , French

Background: Abnormal uterine bleeding (AUB) is the direct cause of a significant health care burden for women, their families, and society as a whole. Up to 30% of women will seek medical assistance for the problem during their reproductive years.

Objective: To provide current evidence-based guidelines on the techniques and technologies used in endometrial ablation (EA), a minimally invasive technique for the management of AUB of benign origin.

Methods: Members of the guideline committee were selected on the basis of individual expertise to represent a range of practical and academic experience in terms of both location in Canada and type of practice, as well as subspecialty expertise and general background in gynaecology. The committee reviewed all available evidence in the English medical literature, including published guidelines, and evaluated surgical and patient outcomes for the various EA techniques. Recommendations were established by consensus.

Evidence: Published literature was retrieved through searches of MEDLINE and The Cochrane Library in 2013 and 2014 using appropriate controlled vocabulary and key words (endometrial ablation, hysteroscopy, menorrhagia, heavy menstrual bleeding, AUB, hysterectomy). RESULTS were restricted to systematic reviews, randomized control trials/controlled clinical trials, and observational studies written in English from January 2000 to November 2014. Searches were updated on a regular basis and incorporated in the guideline to December 2014. Grey (unpublished) literature was identifies through searching the websites of health technology assessment and health technology-related agencies, clinical practice guideline collections, clinical trial registries, and national and international medical specialty societies.

Values: The quality of evidence in this document was rated using the criteria described in the Report of the Canadian Task Force on Preventive Health Care (Table 1).

Results: This document reviews the evidence regarding the available techniques and technologies for EA, preoperative and postoperative care, operative set-up, anaesthesia, and practical considerations for practice.

Benefits, harms, and costs: Implementation of the guideline recommendations will improve the provision of EA as an effective treatment of AUB. Following these recommendations would allow the surgical procedure to be performed safely and maximize success for patients.

Conclusions: EA is a safe and effective minimally invasive option for the treatment of AUB of benign etiology. Summary Statements 1. Endometrial ablation is a safe and effective minimally invasive surgical procedure that has become a well-established alternative to medical treatment or hysterectomy to treat abnormal uterine bleeding in select cases. (I) 2. Endometrial preparation can be used to facilitate resectoscopic endometrial ablation (EA) and can be considered for some non-resectoscopic techniques. For resectoscopic EA, preoperative endometrial thinning results in higher short-term amenorrhea rates, decreased irrigant fluid absorption, and shorter operative time than no treatment. (I) 3. Non-resectoscopic techniques are technically easier to perform than resectoscopic techniques, have shorter operative times, and allow the use of local rather than general anaesthesia. However, both techniques have comparable patient satisfaction and reduction of heavy menstrual bleeding. (I) 4. Both resectoscopic and non-resectoscopic endometrial ablation (EA) have low complication rates. Uterine perforation, fluid overload, hematometra, and cervical lacerations are more common with resectoscopic EA; perioperative nausea/vomiting, uterine cramping, and pain are more common with non-resectoscopic EA. (I) 5. All non-resectoscopic endometrial ablation devices available in Canada have demonstrated effectiveness in decreasing menstrual flow and result in high patient satisfaction. The choice of which device to use depends primarily on surgical judgement and the availability of resources. (I) 6. The use of local anaesthetic and blocks, oral analgesia, and conscious sedation allows for the provision of non-resectoscopic EA in lower resource-intense environments including regulated non-hospital settings. (II-2) 7. Low-risk patients with satisfactory pain tolerance are good candidates to undergo endometrial ablation in settings outside the operating room or in free-standing surgical centres. (II-2) 8. Both resectoscopic and non-resectoscopic endometrial ablation are relatively safe procedures with low complication rates. The complications perforation with potential injury to contiguous structures, hemorrhage, and infection. (II-2) 9. Combined hysteroscopic sterilization and endometrial ablation can be safe and efficacious while favouring a minimally invasive approach. (II-2) Recommendations 1. Preoperative assessment should be comprehensive to rule out any contraindication to endometrial ablation. (II-2A) 2. Patients should be counselled about the need for permanent contraception following endometrial ablation. (II-2B) 3. Recommended evaluations for abnormal uterine bleeding, including but not limited to endometrial sampling and an assessment of the uterine cavity, are necessary components of the preoperative assessment. (II-2B) 4. Clinicians should be vigilant for complications unique to resectoscopic endometrial ablation such as those related to fluid distention media and electrosurgical injuries. (III-A) 5. For resectoscopic endometrial ablation, a strict protocol should be followed for fluid monitoring and management to minimize the risk of complications of distension medium overload. (III-A) 6. If uterine perforation is suspected to have occurred during cervical dilatation or with the resectoscope (without electrosurgery), the procedure should be abandoned and the patient should be closely monitored for signs of intraperitoneal hemorrhage or visceral injury. If the perforation occurs with electrosurgery or if the mechanism of perforation is uncertain, abdominal exploration is warranted to obtain hemostasis and rule out visceral injury. (III-B) 7. With resectoscopic endometrial ablation, if uterine perforation has been ruled out acute hemorrhage may be managed by using intrauterine Foley balloon tamponade, injecting intracervical vasopressors, or administering rectal misoprostol. (III-B) 8. If repeat endometrial ablation (EA) is considered following non-resectoscopic or resectoscopic EA, it should be performed by a hysteroscopic surgeon with direct visualization of the cavity. Patients should be counselled about the increased risk of complications with repeat EA. (II-2A) 9. If significant intracavitary pathology is present, resectoscopic endometrial ablation combined with hysteroscopic myomectomy or polypectomy should be considered in a non-fertility sparing setting. (II-3A).

Contexte : Les saignements utérins anormaux (SUA) sont directement à l’origine d’un fardeau de santé considérable que doivent porter les femmes, leur famille et la société en général. Jusqu’à 30 % des femmes chercheront à obtenir l’aide d’un médecin pour contrer ce problème au cours de leurs années de fertilité. Objectif : Fournir des lignes directrices factuelles à jour quant aux techniques et aux technologies utilisées aux fins de l’ablation de l’endomètre (AE), soit une intervention à effraction minimale permettant la prise en charge des SUA d’origine bénigne. Méthodes : Les membres du comité sur la directive clinique ont été sélectionnés en fonction de leurs spécialisations respectives en vue de représenter une gamme d’expériences pratiques et universitaires : le milieu de pratique au Canada, le type de pratique, la sous-spécialité et les antécédents généraux en gynécologie ont donc été pris en considération. Le comité a analysé les données pertinentes issues de la littérature médicale anglophone (y compris les lignes directrices publiées), en plus d’évaluer les issues chirurgicales et les issues qu’ont connues les patientes à la suite de l’utilisation de diverses techniques d’AE. Les recommandations ont été formulées par consensus. Données : La littérature publiée a été récupérée par l’intermédiaire de recherches menées dans MEDLINE et The Cochrane Library en 2013 et en 2014 au moyen d’un vocabulaire contrôlé et de mots clés appropriés (p. ex. « endometrial ablation », « hysteroscopy », « menorrhagia », « heavy menstrual bleeding », « AUB », « hysterectomy »). Les résultats ont été restreints aux analyses systématiques, aux études observationnelles et aux essais comparatifs randomisés / essais cliniques comparatifs publiés en anglais entre janvier 2000 et novembre 2014. Les recherches ont été mises à jour de façon régulière et intégrées à la directive clinique jusqu’en décembre 2014. La littérature grise (non publiée) a été identifiée par l’intermédiaire de recherches menées dans les sites Web d’organismes s’intéressant à l’évaluation des technologies dans le domaine de la santé et d’organismes connexes, dans des collections de directives cliniques, dans des registres d’essais cliniques et auprès de sociétés de spécialité médicale nationales et internationales. Valeurs : La qualité des résultats a été évaluée au moyen des critères décrits dans le rapport du Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs (Tableau). Résultats : Le présent document passe en revue les données quant aux techniques et aux technologies disponibles en ce qui concerne l’AE, les soins préopératoires et postopératoires, le milieu d’intervention, l’anesthésie et les facteurs pratiques à prendre en considération. Avantages, désavantages et coûts : La mise en œuvre des recommandations de la présente directive clinique entraînera une amélioration de l’offre de l’AE à titre de traitement efficace contre les SUA. Le respect de ces recommandations permettrait l’exécution de l’intervention chirurgicale en cause de façon sûre et en maximiserait la réussite pour les patientes. Conclusions : L’AE est une option à effraction minimale sûre et efficace pour la prise en charge des SUA d’étiologie bénigne. Déclarations sommaires 1. L’ablation de l’endomètre est une intervention chirurgicale à effraction minimale sûre et efficace qui en est venue à constituer, dans certains cas, une solution de rechange bien établie au traitement médical ou à l’hystérectomie pour la prise en charge des saignements utérins anormaux. (I) 2. Une préparation de l’endomètre peut être mise en œuvre pour en faciliter l’ablation résectoscopique et peut également être envisagée dans le cas de certaines techniques non résectoscopiques. Lorsque l’on a recours à l’ablation résectoscopique de l’endomètre, l’amincissement préopératoire de ce dernier donne lieu à une hausse des taux d’aménorrhée à court terme, à une atténuation de l’absorption du liquide de distension et à une réduction de la durée opératoire, par comparaison avec l’absence de traitement. (I) 3. Les techniques non résectoscopiques sont techniquement plus faciles à utiliser que les techniques résectoscopiques, nécessitent des temps opératoires plus courts et permettent l’utilisation d’une anesthésie locale (plutôt que d’avoir recours à une anesthésie générale). Toutefois, ces deux techniques comptent des taux comparables de satisfaction des patientes et d’atténuation des saignements menstruels abondants. (I) 4. Les techniques résectoscopiques et non résectoscopiques d’ablation de l’endomètre comptent toutes de faibles taux de complication. La perforation utérine, la surcharge liquidienne, l’hématomètre et les lacérations cervicales sont plus courantes dans le cas de l’AE résectoscopique; les crampes utérines, la douleur et les nausées / vomissements périopératoires sont plus courants dans le cas de l’AE non résectoscopique. (I) 5. L’efficacité de tous les dispositifs d’ablation non résectoscopique de l’endomètre disponibles au Canada a été démontrée en ce qui concerne l’atténuation du flux menstruel; de plus, ils mènent tous à des taux élevés de satisfaction des patientes. Le choix du dispositif à utiliser dépend principalement de l’opinion du chirurgien et de la disponibilité des ressources. (I) 6. L’utilisation d’anesthésiques et de blocs locaux, d’une analgésie orale et d’une sédation consciente permet la tenue d’une ablation non résectoscopique de l’endomètre au sein de milieux nécessitant des ressources moindres, y compris dans des milieux non hospitaliers réglementés. (II-2) 7. Les patientes n’étant exposées qu’à de faibles risques et présentant une tolérance satisfaisante à la douleur sont de bonnes candidates pour ce qui est de la tenue d’une ablation endométriale dans un milieu autre qu’en salle d’opération ou dans un centre chirurgical autonome. (II-2) 8. Les techniques d’ablation de l’endomètre tant résectoscopiques que non résectoscopiques sont relativement sûres et ne comptent que de faibles taux de complication. Parmi les complications les plus graves, on trouve la perforation (s’accompagnant de lésions potentielles aux structures adjacentes), l’hémorragie et l’infection. (II-2) 9. La tenue concomitante d’une stérilisation hystéroscopique et d’une ablation endométriale peut être sûre et efficace tout en favorisant une approche à effraction minimale. (II-2) Recommandations 1. L’évaluation préopératoire devrait être exhaustive, de façon à pouvoir écarter toute contre-indication à l’ablation de l’endomètre. (II-2A) 2. Les patientes devraient être avisées de la nécessité d’une contraception permanente à la suite de l’ablation de l’endomètre. (II-2B) 3. Les évaluations recommandées en présence de saignements utérins anormaux (dont, entre autres, le prélèvement endométrial et l’évaluation de la cavité utérine) sont des composantes nécessaires de l’évaluation préopératoire. (II-2B) 4. Les cliniciens devraient demeurer à l’affût des complications propres à l’ablation résectoscopique de l’endomètre, comme celles qui sont associées au produit de distension et aux lésions électrochirurgicales. (III-A) 5. Dans le cas de l’ablation résectoscopique de l’endomètre, un protocole strict devrait être respecté pour ce qui est de la surveillance liquidienne et de la prise en charge, et ce, afin de minimiser le risque de voir se manifester des complications associées à la surcharge de produit de distension. (III-A) 6. Lorsque l’on soupçonne qu’une perforation utérine s’est manifestée au cours de la dilatation cervicale ou dans le cadre de l’utilisation du résectoscope (sans électrochirurgie), l’intervention devrait être abandonnée et la patiente devrait faire l’objet d’une surveillance étroite de façon à ce que l’on puisse demeurer à l’affût des signes d’hémorragie intrapéritonéale ou de lésion viscérale. Lorsque la perforation se manifeste dans le cadre d’une électrochirurgie ou lorsque le mécanisme de la perforation demeure incertain, la tenue d’une exploration abdominale est justifiée pour assurer l’hémostase et écarter la présence de lésions viscérales. (III-B) 7. Dans le cas de l’AE résectoscopique, lorsque la présence d’une perforation utérine a été écartée, l’hémorragie aiguë pourrait être prise en charge au moyen d’un tamponnement intra-utérin par sonde de Foley, d’une injection intracervicale de vasopresseurs ou de l’administration de misoprostol par voie rectale. (III-B) 8. Lorsqu’une nouvelle ablation de l’endomètre est envisagée à la suite d’une intervention non résectoscopique ou résectoscopique, elle devrait être menée par un chirurgien hystéroscopique sous visualisation directe de la cavité. Les patientes devraient bénéficier de services de counseling au sujet des risques de complications qui sont associés à la tenue d’une nouvelle ablation de l’endomètre. (II-2A) 9. En présence d’une pathologie intracavitaire considérable, la tenue concomitante d’une ablation résectoscopique de l’endomètre et d’une myomectomie / polypectomie hystéroscopique devrait être envisagée. (II-3A).

Keywords: abnormal uterine bleeding; endometrial ablation; heavy menstrual bleeding; hysterectomy; hysteroscopy; menorrhagia.

Publication types

  • Practice Guideline

MeSH terms

  • Disease Management
  • Endometrial Ablation Techniques* / adverse effects
  • Endometrial Ablation Techniques* / instrumentation
  • Endometrial Ablation Techniques* / methods
  • Female
  • Humans
  • Minimally Invasive Surgical Procedures / instrumentation
  • Minimally Invasive Surgical Procedures / methods
  • Outcome Assessment, Health Care
  • Postoperative Complications* / classification
  • Postoperative Complications* / prevention & control
  • Uterine Hemorrhage / diagnosis
  • Uterine Hemorrhage / etiology
  • Uterine Hemorrhage / surgery*