Guidelines for the Management of a Pregnant Trauma Patient

J Obstet Gynaecol Can. 2015 Jun;37(6):553-74. doi: 10.1016/s1701-2163(15)30232-2.
[Article in En, French]

Abstract
in En , French

Objective: Physical trauma affects 1 in 12 pregnant women and has a major impact on maternal mortality and morbidity and on pregnancy outcome. A multidisciplinary approach is warranted to optimize outcome for both the mother and her fetus. The aim of this document is to provide the obstetric care provider with an evidence-based systematic approach to the pregnant trauma patient.

Outcomes: Significant health and economic outcomes considered in comparing alternative practices.

Evidence: Published literature was retrieved through searches of Medline, CINAHL, and The Cochrane Library from October 2007 to September 2013 using appropriate controlled vocabulary (e.g., pregnancy, Cesarean section, hypotension, domestic violence, shock) and key words (e.g., trauma, perimortem Cesarean, Kleihauer-Betke, supine hypotension, electrical shock). Results were restricted to systematic reviews, randomized control trials/controlled clinical trials, and observational studies published in English between January 1968 and September 2013. Searches were updated on a regular basis and incorporated in the guideline to February 2014. Grey (unpublished) literature was identified through searching the websites of health technology assessment and health technology-related agencies, clinical practice guideline collections, clinical trial registries, and national and international medical specialty societies.

Values: The quality of evidence in this document was rated using the criteria described in the Report of the Canadian Task Force on Preventive Health Care (Table 1).

Benefits, harms, and costs: This guideline is expected to facilitate optimal and uniform care for pregnancies complicated by trauma. Summary Statement Specific traumatic injuries At this time, there is insufficient evidence to support the practice of disabling air bags for pregnant women. (III) Recommendations Primary survey 1. Every female of reproductive age with significant injuries should be considered pregnant until proven otherwise by a definitive pregnancy test or ultrasound scan. (III-C) 2. A nasogastric tube should be inserted in a semiconscious or unconscious injured pregnant woman to prevent aspiration of acidic gastric content. (III-C) 3. Oxygen supplementation should be given to maintain maternal oxygen saturation > 95% to ensure adequate fetal oxygenation. (II-1B) 4. If needed, a thoracostomy tube should be inserted in an injured pregnant woman 1 or 2 intercostal spaces higher than usual. (III-C) 5. Two large bore (14 to 16 gauge) intravenous lines should be placed in a seriously injured pregnant woman. (III-C) 6. Because of their adverse effect on uteroplacental perfusion, vasopressors in pregnant women should be used only for intractable hypotension that is unresponsive to fluid resuscitation. (II-3B) 7. After mid-pregnancy, the gravid uterus should be moved off the inferior vena cava to increase venous return and cardiac output in the acutely injured pregnant woman. This may be achieved by manual displacement of the uterus or left lateral tilt. Care should be taken to secure the spinal cord when using left lateral tilt. (II-1B) 8. To avoid rhesus D (Rh) alloimmunization in Rh-negative mothers, O-negative blood should be transfused when needed until cross-matched blood becomes available. (I-A) 9. The abdominal portion of military anti-shock trousers should not be inflated on a pregnant woman because this may reduce placental perfusion. (II-3B) Transfer to health care facility 10. Transfer or transport to a maternity facility (triage of a labour and delivery unit) is advocated when injuries are neither life- nor limb-threatening and the fetus is viable (≥ 23 weeks), and to the emergency room when the fetus is under 23 weeks' gestational age or considered to be non-viable. When the injury is major, the patient should be transferred or transported to the trauma unit or emergency room, regardless of gestational age. (III-B) 11. When the severity of injury is undetermined or when the gestational age is uncertain, the patient should be evaluated in the trauma unit or emergency room to rule out major injuries. (III-C) Evaluation of a pregnant trauma patient in the emergency room 12. In cases of major trauma, the assessment, stabilization, and care of the pregnant women is the first priority; then, if the fetus is viable (≥ 23 weeks), fetal heart rate auscultation and fetal monitoring can be initiated and an obstetrical consultation obtained as soon as feasible. (II-3B) 13. In pregnant women with a viable fetus (≥ 23 weeks) and suspected uterine contractions, placental abruption, or traumatic uterine rupture, urgent obstetrical consultation is recommended. (II-3B) 14. In cases of vaginal bleeding at or after 23 weeks, speculum or digital vaginal examination should be deferred until placenta previa is excluded by a prior or current ultrasound scan. (III-C) Adjunctive tests for maternal assessment 15. Radiographic studies indicated for maternal evaluation including abdominal computed tomography should not be deferred or delayed due to concerns regarding fetal exposure to radiation. (II-2B) 16. Use of gadolinium-based contrast agents can be considered when maternal benefit outweighs potential fetal risks. (III-C) 17. In addition to the routine blood tests, a pregnant trauma patient should have a coagulation panel including fibrinogen. (III-C) 18. Focused abdominal sonography for trauma should be considered for detection of intraperitoneal bleeding in pregnant trauma patients. (II-3B) 19. Abdominal computed tomography may be considered as an alternative to diagnostic peritoneal lavage or open lavage when intra-abdominal bleeding is suspected. (III-C) Fetal assessment 20. All pregnant trauma patients with a viable pregnancy (≥ 23 weeks) should undergo electronic fetal monitoring for at least 4 hours. (II-3B) 21. Pregnant trauma patients (≥ 23 weeks) with adverse factors including uterine tenderness, significant abdominal pain, vaginal bleeding, sustained contractions (> 1/10 min), rupture of the membranes, atypical or abnormal fetal heart rate pattern, high risk mechanism of injury, or serum fibrinogen < 200 mg/dL should be admitted for observation for 24 hours. (III-B) 22. Anti-D immunoglobulin should be given to all rhesus D-negative pregnant trauma patients. (III-B) 23. In Rh-negative pregnant trauma patients, quantification of maternal-fetal hemorrhage by tests such as Kleihauer-Betke should be done to determine the need for additional doses of anti-D immunoglobulin. (III-B) 24. An urgent obstetrical ultrasound scan should be undertaken when the gestational age is undetermined and need for delivery is anticipated. (III-C) 25. All pregnant trauma patients with a viable pregnancy who are admitted for fetal monitoring for greater than 4 hours should have an obstetrical ultrasound prior to discharge from hospital. (III-C) 26. Fetal well-being should be carefully documented in cases involving violence, especially for legal purposes. (III-C) Obstetrical complications of trauma 27. Management of suspected placental abruption should not be delayed pending confirmation by ultrasonography as ultrasound is not a sensitive tool for its diagnosis. (II-3D) Specific traumatic injuries 28. Tetanus vaccination is safe in pregnancy and should be given when indicated. (II-3B) 29. Every woman who sustains trauma should be questioned specifically about domestic or intimate partner violence. (II-3B) 30. During prenatal visits, the caregiver should emphasize the importance of wearing seatbelts properly at all times. (II-2B) Perimortem Caesarean section 31. A Caesarean section should be performed for viable pregnancies (≥ 23 weeks) no later than 4 minutes (when possible) following maternal cardiac arrest to aid with maternal resuscitation and fetal salvage. (III-B).

Objectif : Une femme enceinte sur 12 en vient à subir des traumatismes physiques et ceux-ci exercent des effets importants sur la mortalité et la morbidité maternelles, ainsi que sur l’issue de la grossesse. La mise en œuvre d’une approche multidisciplinaire s’avère justifiée pour assurer l’optimisation des issues, et ce, tant pour la mère que pour son fœtus. Le présent document a pour but d’offrir, aux fournisseurs de soins obstétricaux, une approche systématique factuelle qu’ils pourront utiliser pour assurer la prise en charge des patientes enceintes ayant subi un traumatisme. Issues : Issues sanitaires et économiques considérables, par comparaison avec les pratiques de rechange. Résultats : La littérature publiée a été récupérée par l’intermédiaire de recherches menées dans Medline, CINAHL et The Cochrane Library entre octobre 2007 et septembre 2013 au moyen d’un vocabulaire contrôlé (« pregnancy », « Cesarean section », « hypotension », « domestic violence », « shock ») et de mots clés (« trauma », « perimortem Cesarean », « Kleihauer-Betke », « supine hypotension », « electrical shock ») appropriés. Les résultats ont été restreints aux analyses systématiques, aux études observationnelles et aux essais comparatifs randomisés / essais cliniques comparatifs publiés en anglais entre janvier 1968 et septembre 2013. Les recherches ont été mises à jour de façon régulière et intégrées à la directive clinique jusqu’en février 2014. La littérature grise (non publiée) a été identifiée par l’intermédiaire de recherches menées dans les sites Web d’organismes s’intéressant à l’évaluation des technologies dans le domaine de la santé et d’organismes connexes, dans des collections de directives cliniques, dans des registres d’essais cliniques et auprès de sociétés de spécialité médicale nationales et internationales. Valeurs : La qualité des résultats a été évaluée au moyen des critères décrits dans le rapport du Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs (Tableau). Avantages, désavantages et coûts : Nous nous attendons à ce que la présente directive clinique facilite l’offre de soins optimaux et uniformes dans les cas de grossesse compliquée par un traumatisme. Déclaration sommaireLésions traumatiques particulières Pour l’instant, nous ne disposons pas de données probantes suffisantes pour soutenir la désactivation des coussins gonflables dans le cas des femmes enceintes. (III) RecommandationsExamen primaire 1. La présence d’une grossesse devrait être présumée chez toutes les femmes en âge de procréer ayant subi des blessures considérables, jusqu’à ce que le contraire ait été prouvé au moyen d’une échographie ou d’un test de grossesse définitif. (III-C) 2. Chez les femmes enceintes blessées inconscientes ou à demi conscientes, une sonde nasogastrique devrait être insérée afin de prévenir l’aspiration de contenu gastrique acide. (III-C) 3. Une oxygénothérapie devrait être mise en œuvre pour garantir le maintien d’une saturation maternelle en oxygène > 95 %, de façon à assurer une oxygénation fœtale adéquate. (II-1B) 4. Chez les femmes enceintes blessées, l’insertion d’une sonde de thoracostomie (à un endroit se situant à un ou deux espaces intercostaux de plus que d’habitude) pourrait être envisagée, au besoin. (III-C) 5. Chez les femmes enceintes gravement blessées, deux lignes intraveineuses de gros calibre (14-16) devraient être mises en place. (III-C) 6. En raison des effets indésirables qu’ils exercent sur la perfusion utéroplacentaire chez les femmes enceintes, les vasopresseurs ne devraient être utilisés qu’en présence d’une hypotension réfractaire qui ne réagit pas à la réanimation liquidienne. (II-3B) 7. Chez les femmes enceintes gravement blessées qui ont passé le cap de la mi-grossesse, l’utérus gravide devrait être repositionné de façon à ce qu’il ne comprime plus la veine cave inférieure, et ce, dans le but d’accroître le retour veineux et le débit cardiaque. Ce repositionnement peut être obtenu en déplaçant l’utérus manuellement ou en plaçant la patiente en position latérale gauche (en s’assurant alors d’immobiliser la moelle épinière de la patiente au préalable). (II-1B) 8. Pour prévenir l’allo-immunisation rhésus D chez les femmes Rh négatives, du sang O négatif devrait être transfusé, au besoin, jusqu’à ce que du sang provenant d’un donneur compatible soit obtenu. (I-A) 9. La partie abdominale du pantalon pneumatique hypotenseur ne devrait pas être gonflée en présence d’une grossesse, car cela pourrait atténuer la perfusion placentaire. (II-3B) Transfert vers un établissement de santé 10. Le transfert vers un service de maternité (service de triage d’une unité de travail et d’accouchement) est recommandé lorsque la patiente en question ne présente pas de blessures potentiellement mortelles ou pouvant mener à la perte d’un membre et lorsque le fœtus est viable (≥ 23 semaines); le transfert vers une salle des urgences est recommandé lorsque le fœtus n’a pas encore atteint l’âge gestationnel de 23 semaines ou lorsqu’il n’est pas considéré comme étant viable. En présence d’un traumatisme majeur, la patiente devrait être transférée ou transportée vers une unité de traumatologie ou une salle des urgences, sans égard à l’âge gestationnel. (III-B) 11. Lorsque la gravité du traumatisme est indéterminée ou lorsque l’âge gestationnel est incertain, la patiente devrait faire l’objet d’une évaluation menée dans une unité de traumatologie ou une salle des urgences en vue d’écarter la présence de blessures majeures. (III-C) Évaluation, au sein d’une salle des urgences, d’une patiente enceinte ayant subi un traumatisme 12. En présence d’un traumatisme majeur, la priorité doit être accordée à l’évaluation, à la stabilisation et à la prise en charge de la femme enceinte; par la suite, lorsque le fœtus est viable (≥ 23 semaines), l’auscultation de la fréquence cardiaque fœtale et un monitorage fœtal peuvent être mis en œuvre. De plus, une consultation en obstétrique devrait être obtenue dès que possible. (II-3B) 13. La tenue d’une consultation d’urgence en obstétrique est recommandée en ce qui concerne les femmes enceintes dont le fœtus est viable (≥ 23 semaines) et chez qui l’on soupçonne la présence de contractions utérines, d’un décollement placentaire ou d’une rupture utérine traumatique. (II-3B) 14. En présence de saignements vaginaux à 23 semaines ou par la suite, la tenue d’un examen vaginal au moyen d’un spéculum ou des doigts devrait être reportée jusqu’à ce que la présence d’un placenta praevia ait été écartée par échographie (préalable ou actuelle). (III-C) Tests d’appoint dans le cadre de l’évaluation maternelle 15. Les études de radiographie nécessaires aux fins de l’évaluation maternelle (dont la tomodensitométrie abdominale) ne devraient pas être retardées ni reportées en raison de préoccupations à l’égard de l’exposition du fœtus à des rayonnements. (II-2B) 16. L’utilisation de produits de contraste à base de gadolinium peut être envisagée lorsque les avantages maternels l’emportent sur les risques fœtaux potentiels. (III-C) 17. En plus des tests sanguins qui sont régulièrement menés dans le cadre de l’évaluation des patientes enceintes ayant subi un traumatisme, un profil de coagulation (comprenant la mesure du taux de fibrinogène) devrait être obtenu. (III-C) 18. Chez les patientes enceintes ayant subi un traumatisme, la tenue d’une échographie abdominale ciblée pour l’identification de traumatismes devrait être envisagée aux fins de la détection des saignements intrapéritonéaux. (II-3B) 19. Lorsque la présence de saignements intra-abdominaux est soupçonnée, la tomodensitométrie abdominale pourrait constituer une solution de rechange au lavage péritonéal diagnostique ou au lavage ouvert. (III-C) Évaluation fœtale 20. Toutes les patientes enceintes ayant subi un traumatisme qui présentent une grossesse viable (≥ 23 semaines) devraient faire l’objet d’un monitorage fœtal électronique pendant au moins 4 heures. (II-3B) 21. Les patientes enceintes ayant subi un traumatisme (≥ 23 semaines) qui présentent des facteurs indésirables (dont la sensibilité utérine, des douleurs abdominales considérables, des saignements vaginaux, des contractions soutenues [> 1/10 min], la rupture des membranes, un profil de fréquence cardiaque fœtale atypique ou anormal, un mécanisme de blessure à risque élevé ou un taux sérique de fibrinogène < 200 mg/dl) devraient être hospitalisées pour une période d’observation de 24 heures. (III-B) 22. De l’immunoglobuline anti-D devrait être administrée à toutes les patientes enceintes Rh négatives ayant subi un traumatisme. (III-B) 23. Chez les patientes enceintes Rh négatives ayant subi un traumatisme, l’hémorragie fœtomaternelle devrait être quantifiée au moyen de mesures telles que le test de Kleihauer-Betke, et ce, dans le but de déterminer la nécessité de procéder à l’administration de doses additionnelles d’immunoglobuline anti-D. (III-B) 24. Une échographie obstétricale devrait être menée d’urgence lorsque l’âge gestationnel est indéterminé et que la nécessité de procéder à l’accouchement est anticipée. (III-C) 25. Toutes les patientes enceintes ayant subi un traumatisme qui présentent une grossesse viable et qui sont hospitalisées aux fins de la tenue d’un monitorage fœtal pendant plus de 4 heures devraient faire l’objet d’une échographie obstétricale avant d’obtenir leur congé de l’hôpital. (III-C) 26. Il est important de disposer, particulièrement à des fins juridiques, d’une documentation rigoureuse du bien-être fœtal dans les cas mettant en cause de la violence. (III-C) Complications obstétricales du traumatisme 27. La prise en charge de la présence soupçonnée d’un décollement placentaire ne devrait pas être différée jusqu’à l’obtention d’une confirmation par échographie; l’échographie ne dispose pas de la sensibilité requise pour l’établissement d’un diagnostic de décollement placentaire. (II-3D) Lésions traumatiques particulières 28. La vaccination antitétanique est sûre pendant la grossesse et devrait être administrée, au besoin. (II-3B) 29. Toutes les femmes qui subissent un traumatisme devraient faire l’objet de questions visant particulièrement la violence familiale ou conjugale. (II-3B) 30. Dans le cadre des consultations prénatales, le fournisseur de soins devrait souligner l’importance du port de la ceinture de sécurité de façon adéquate, en tout temps. (II-2B) Césarienne péri-mortem 31. En présence d’une grossesse viable (≥ 23 semaines), la tenue d’une césarienne est recommandée au plus tard 4 minutes (dans la mesure du possible) à la suite de l’arrêt cardiaque chez la mère, et ce, en vue de faciliter la réanimation maternelle et le sauvetage du fœtus. (III-B).

Keywords: MVC; abruption; electrical; fall; fetal; injury; maternal; penetrating; perimortem; pregnancy.

Publication types

  • Practice Guideline

MeSH terms

  • Cesarean Section
  • Emergency Medical Services*
  • Female
  • Fetal Monitoring
  • Humans
  • Pregnancy
  • Pregnancy Complications / therapy*
  • Wounds and Injuries / therapy*