Cancer risk factors and screening in First Nations in Ontario

Health Promot Chronic Dis Prev Can. 2017 Jun;37(6):186-193. doi: 10.24095/hpcdp.37.6.02.
[Article in English, French]

Abstract

Introduction: A lack of identifiers in health administrative databases limits our understanding of the cancer burden in First Nations. This study compares cancer risk factors and screening between First Nations in Ontario (on and off reserve) and non-Aboriginal Ontarians using two unique health surveys.

Methods: We measured age-standardized prevalence estimates using the First Nations Regional Health Survey (RHS) Phase 2, 2008/10 (for First Nations on reserve) and the Canadian Community Health Survey (CCHS), 2007-2013 (for First Nations off reserve and non-Aboriginal Ontarians). We used prevalence rate ratios (RR) and Pearson's chisquare tests for differences in proportions to compare estimates between First Nations (on and off reserve) and non-Aboriginal Ontarians.

Results: A higher proportion of First Nation men, women and adolescents on reserve smoked (RR = 1.97, 2.78 and 7.21 respectively) and were obese (RR = 1.73, 2.33 and 3.29 respectively) compared to their non-Aboriginal counterparts. Similar patterns were observed for First Nations off reserve. Frequent binge drinking was also more prevalent among First Nation men and women living on reserve (RR = 1.28 and 2.22, respectively) and off reserve (RR = 1.70 and 1.45, respectively) than non-Aboriginal Ontarians. First Nation men and women on reserve were about half as likely to consume fruit at least twice per day and vegetables at least twice per day compared to non-Aboriginal men and women (RR = 0.53 and 0.54, respectively). Pap test uptake was similar across all groups, while First Nation women on reserve were less likely to have had a mammogram in the last five years than non-Aboriginal women (RR = 0.85).

Conclusion: First Nations, especially those living on reserve, have an increased risk for cancer and other chronic diseases compared to non-Aboriginal Ontarians. These results provide evidence to support policies and programs to reduce the future burden of cancer and other chronic diseases in First Nations in Ontario.

Introduction: L’absence d’identificateurs, dans les bases de données administratives sur la santé, nous empêche de bien comprendre le fardeau du cancer chez les Premières Nations. Notre étude compare les facteurs de risque et le dépistage du cancer chez les membres des Premières Nations en Ontario (vivant dans des réserves et hors réserves) et chez les Ontariens non autochtones, en s’appuyant sur deux enquêtes sur la santé.

Méthodologie: L’absence d’identificateurs, dans les bases de données administratives sur la santé, nous empêche de bien comprendre le fardeau du cancer chez les Premières Nations. Notre étude compare les facteurs de risque et le dépistage du cancer chez les membres des Premières Nations en Ontario (vivant dans des réserves et hors réserves) et chez les Ontariens non autochtones, en s’appuyant sur deux enquêtes sur la santé.

Résultats: Une proportion plus élevée d’hommes, de femmes et d’adolescents des Premières Nations vivant dans des réserves fumaient (RT = 1,97, 2,78 et 7,21 respectivement) et souffraient d’obésité (RT = 1,73, 2,33 et 3,29 respectivement), comparativement à leurs homologues non autochtones. Des tendances similaires ont été observées chez les membres des Premières Nations vivant hors réserves. La consommation excessive ponctuelle d'alcool fréquente était également plus répandue chez les hommes et les femmes des Premières Nations vivant dans des réserves (RT = 1,28 et 2,22, respectivement) et hors réserves (RT = 1,70 et 1,45, respectivement) que chez les Ontariens non autochtones. Les hommes et les femmes des Premières Nations vivant dans des réserves étaient deux fois moins susceptibles de consommer des fruits au moins deux fois par jour et des légumes au moins deux fois par jour que les hommes et les femmes non autochtones (RT = 0,53 et 0,54, respectivement). La participation au test de Pap était similaire dans tous les groupes, mais les femmes des Premières Nations étaient moins susceptibles que les femmes non autochtones (RT = 0,85) d’avoir subi une mammographie au cours des cinq années précédant l’enquête.

Conclusion: Comparativement aux Ontariens non autochtones, les membres des Premières Nations, en particulier ceux qui vivent dans une réserve, présentent un risque accru de cancer et d’autres maladies chroniques. Ces résultats fournissent des éléments probants à l’appui de politiques et de programmes visant à réduire le fardeau futur du cancer et d’autres maladies chroniques chez les Premières Nations en Ontario.

Keywords: First Nations; cancer risk factors; cancer screening.

MeSH terms

  • Adolescent
  • Adult
  • Aged
  • Female
  • Health Behavior*
  • Health Surveys
  • Humans
  • Indians, North American / statistics & numerical data*
  • Male
  • Mammography / statistics & numerical data
  • Mass Screening*
  • Middle Aged
  • Neoplasms / epidemiology*
  • Neoplasms / ethnology*
  • Obesity / epidemiology
  • Ontario / epidemiology
  • Prevalence
  • Risk Factors
  • Smoking / epidemiology