Prevalence and Correlates of Accelerometer-Based Physical Activity and Sedentary Time Among Kidney Transplant Recipients

Can J Kidney Health Dis. 2019 Oct 29;6:2054358119882658. doi: 10.1177/2054358119882658. eCollection 2019.

Abstract

Background: Physical activity is recommended for kidney transplant recipents as it may improve outcomes including mortality, exercise capacity, muscle strength, and health-related quality of life.

Objective: The objective of this study was to examine accelerometer-based physical activity and sedentary time profiles among kidney transplant recipients and examine possible demographic and clinical correlates of physical activity and sedentary time.

Design: Cross-sectional.

Setting: Edmonton, Alberta, Canada.

Patients: Kidney transplant recipients were recruited (N = 1,284) from the Northern Alberta Renal Program's Nephrology Information System database (1993-2016).

Measurements: Participants wore an ActiGraph GT3X+ accelerometer on their hip during waking hours for seven consecutive days.

Methods: Kidney transplant recipients (1993-2016) recruited from the Northern Alberta Renal Program's Nephrology Information System database wore an accelerometer and completed a self-reported questionnaire. Multiple linear regression was used to determine associations between activity level, demographic, and clinical characteristics.

Results: Participants' (n = 133; 11% response rate) mean age (SD) was 58 (14) years and 56% were female. Mean total sedentary time was 9.4 (1.4) hours per day; total moderate-to-vigorous physical activity (MVPA) time was 20.7 (19.6) minutes per day. MVPA was significantly associated with age where each additional year was associated with 0.48 fewer min/day (ie, ~30 seconds) (unstandardized beta: B = -0.48 min/day, 95% confidence interval [95% CI]: -0.75, -0.22). Sedentary time was significantly associated with age (B = 1.0 min/day, 95% CI: 0.03, 1.9), body mass index (B = 2.7 min/day, 95% CI: 0.2, 5.13), education (B = 39.1 min/day, 95% CI: 12.3, -65.8), and inversely associated with income (B = -44.9 min/day, 95% CI: -73.1, -16.8).

Limitations: Limitations include the cross-sectional design, poor response rate, and limited generalizability of the results.

Conclusions: Kidney transplant recipients showed high volumes of sedentary time and low volumes of health-enhancing physical activity. Understanding correlates of these behaviors may aid in the development of interventions to favorably change these behaviors.

Contexte: L’activité physique est recommandée aux receveurs d’une greffe rénale puisqu’elle peut améliorer leur santé — augmentation de la tolérance à l’effort, de la force musculaire et de la qualité de vie liée à l’état de santé — et limiter les issues indésirables, notamment la mortalité.

Objectif: L’objectif était double: caractériser l’activité physique et le profil de sédentarité des receveurs d’une greffe rénale avec un accéléromètre, et analyser les possibles corrélations démographiques et cliniques de l’activité physique et du comportement sédentaire.

Type d’étude: Étude transversale.

Cadre: Edmonton, en Alberta (Canada).

Sujets: Des patients ayant reçu une greffe rénale entre 1993 et 2016 (n = 1284) et recrutés dans la base de données du système d’information en néphrologie du Northern Alberta Renal Program (NARP).

Mesures: Les participants portaient un accéléromètre Actigraph GT3X+ à la hanche durant les heures d’éveil pour sept jours consécutifs.

Méthodologie: Les receveurs d’une greffe rénale (1993 à 2016) recrutés dans la base de données du système d’information en néphrologie du NARP ont porté un accéléromètre et rempli un questionnaire d’auto-déclaration. Une régression linéaire multiple a été employée pour établir les associations entre le niveau d’activité physique et les données démographiques et cliniques des patients.

Résultats: Les participants (n = 133; taux de réponse de 11 %), dont 56 % étaient des femmes, étaient âgés de 58 ans en moyenne (écart-type [É-T]: 14 ans). La période de sédentarité s’élevait en moyenne à 9,4 heures par jour (É-T: 1,4 heure), alors que la période moyenne d’activité physique modérée à vigoureuse (APMV) s’établissait à 20,7 minutes par jour (É-T: 19,6 minutes). L’APMV a été associée de façon significative à l’âge du patient, où chaque année additionnelle en âge a correspondu à une réduction de 0,48 minute par jour (environ 30 sec.) de l’APMV (bêta non normalisé [ß] = -0,48 min/jour; 95% IC: -0,75 à -0,22). Les comportements sédentaires ont été associés de façon significative à l’âge (ß = 1,0 min/jour, 95% IC: 0,03 à 1,9), à l’IMC (ß = 2,7 min/jour, 95% IC: 0,2 à 5,13), au niveau de scolarité (ß = 39,1 min/jour, 95% IC: 12,3 à -65,8), et inversement associés au revenu du patient (ß = -44,9 min/jour, 95% IC: -73,1 à -16,8).

Limites: La généralisation des résultats est limitée par la nature transversale de l’étude et par le faible taux de réponse.

Conclusion: Les receveurs d’une greffe rénale sont largement sédentaires et pratiquent peu d’activité physique ayant un effet bénéfique sur leur santé. La compréhension des corrélations de ces comportements pourrait faciliter le développement d’interventions visant à les modifier favorablement.

Keywords: accelerometer; kidney transplantation; physical activity; sedentary behavior.