Canadians studying medicine abroad and their journey to secure postgraduate training in Canada or the United States

Can Med Educ J. 2020 Jul 15;11(3):e13-e20. doi: 10.36834/cmej.68175. eCollection 2020 Jul.

Abstract
in En , French

Background: From national and international workforce perspectives, Canadians studying medicine abroad (CSAs) are a growing provider group. Some were born in Canada whereas others immigrated as children. They study medicine in various countries, often attempting both American and Canadian medical licensure pathways.

Methods: Using data from the Educational Commission for Foreign Medical Graduates (ECFMG) and the Medical Council of Canada (MCC), we looked at CSAs who attempted to secure residency positions in both Canada and the United States. We detailed the CSAs' countries of birth and medical education. We tracked these individuals through their postgraduate education programs to enumerate their success rate and categorize the geographic locations of their training.

Results: The majority of CSAs study medicine in one of 10 countries. The remainder are disbursed across 88 other countries. Most CSAs were born in Canada (62%). Approximately 1/3 of CSA from the 2004-2016 cohort had no record of entering a residency program in Canada or the United States (U.S.). Recently graduated CSAs were most likely to secure residency training in Ontario and New York.

Conclusion: Many CSAs attempt to secure residency training in both Canada and the U.S. Quantifying success rates may be helpful for Canadians thinking about studying medicine abroad. Understanding the educational pathways of CSAs will be useful for physician labour workforce planning.

Contexte: Selon une perspective nationale et internationale des effectifs, les Canadiens qui étudient la médecine à l’étranger (CEE) représentent un groupe en croissance. Certains sont nés au Canada, alors que d’autres ont immigré durant leur enfance. Ils étudient la médecine dans divers pays, essayant souvent parallèlement d’obtenir un permis américain et canadien pour exercer la médecine.

Méthodes: À l’aide de données de l’Educational Commission for Foreign Medical Graduates (ECFMG) et du Conseil médical du Canada (CMC), nous avons examiné les CEE qui avaient tenté d’obtenir des postes de résidence à la fois au Canada et aux États-Unis. Nous avons extrait des données quant au pays de naissance et à la formation médicale de ces CEE. Nous avons suivi ces personnes dans leurs processus de demande d’admission à des programmes de formation postdoctorale pour rapporter leur taux de succès et catégoriser les emplacements géographiques de leur formation.

Résultats: Nous avons identifié 10 pays d’où provenaient la plupart de ces CEE. Les autres CEE provenaient de 88 autres pays. La plupart de ces CEE sont nées au Canada (62 %). Environ 1/3 des CEE de la cohorte de 2004 à 2016 ne possède pas de dossier d’inscription à un programme de résidence au Canada ou aux États-Unis. Les CEE récemment diplômés étaient les plus susceptibles de suivre une formation en résidence en Ontario et dans l’État de New York.

Conclusion: De nombreux CEE ont tenté d’obtenir un poste de résidence au Canada et aux États-Unis. Quantifier les taux de succès pourrait se révéler utile pour les Canadiens qui pensent à étudier la médecine à l’étranger. Comprendre les parcours éducatifs des CEE sera utile à la planification des effectifs médicaux.