The role of routine groin ultrasonography in the management of inguinal hernia

Can J Surg. 2022 Sep 14;65(5):E614-E618. doi: 10.1503/cjs.003421. Print 2022 Sep-Oct.

Abstract

Background: Groin ultrasonography (US) has been used as an adjunct to inguinal hernia diagnosis, but there is limited evidence as to whether its use affects surgical decision-making. The primary aim of this study was to examine whether groin US affects surgical management of inguinal hernia; the secondary goal was to estimate the frequency of groin US ordered before surgical consultation.

Methods: We performed a retrospective chart review of 400 consecutive patients aged older than 18 years referred to 1 of 4 general surgeons in Calgary, Alberta, for inguinal hernia between January 2014 and January 2015. Bilateral groin examinations were entered as separate entries into the database. Outcomes assessed included the frequency of groin US examinations performed within 1 year before the general surgery consultation, presence of inguinal hernia on clinical examination (CE), presence of inguinal hernia on groin US, and whether the hernia proceeded to herniorrhaphy.

Results: A total of 476 groins in the 400 patients (354 [88.5%] male; mean age 53.5 yr [standard deviation 15.2 yr]) were evaluated for a hernia during the study period. Groin US was performed before general surgery consultation in 336 cases (70.6%). Overall, 364 (76.5%) of the hernias were clinically palpable; of the 364, 220 (60.4%) had preconsultation US, even in the presence of a positive CE finding. Of the 112 groins that did not have a clinically palpable hernia, 103 (92.0%) underwent preconsultation US. Of the 476 groins, 315 (66.2%) underwent inguinal hernia repair: 310 (85.2%) of the 364 with clinically palpable hernias and 5 (4.8%) of the 103 with clinically negative findings but positive groin US findings. Surgical decision-making based on CE findings occurred in 390 cases (81.9%) overall, whereas surgery based on groin US findings alone occurred in 5 of 336 cases (1.5%).

Conclusion: Routine groin US was frequently performed before general surgery consultation, whether a hernia was detectable on clinical examination or not. Positive groin US results alone infrequently affected whether the patient proceeded to surgery. Clinical examination findings played a larger role in surgical decision-making than groin US results. Eliminating the practice of routine groin US may provide considerable health care cost savings.

Contexte:: L’échographie de l’aine est utilisée comme complément pour diagnostiquer la hernie inguinale, mais on ne sait pas si son utilisation influence la prise de décisions chirurgicales. L’objectif principal de cette étude était de déterminer si l’échographie a une incidence sur la prise en charge chirurgicale de la hernie inguinale; l’objectif secondaire était d’estimer la fréquence de prescription d’une échographie de l’aine avant la consultation en chirurgie.

Méthodes:: Nous avons procédé à un examen rétrospectif des dossiers de 400 patients consécutifs âgés de plus de 18 ans ayant été envoyés pour une hernie inguinale à 1 des 4 chirurgiens généralistes de Calgary (Alberta) entre janvier 2014 et janvier 2015. Lorsque des examens bilatéraux de l’aine étaient réalisés, les résultats étaient entrés séparément dans la base de données. Les paramètres évalués comprenaient le nombre d’échographies de l’aine réalisées dans l’année précédant la consultation en chirurgie générale, la présence d’une hernie inguinale lors de l’examen clinique, la présence d’une hernie inguinale lors de l’échographie de l’aine et la complication ou non de la hernie en herniorraphie.

Résultats:: Un total de 476 aines chez les 400 patients (354 [88,5 %] hommes; âge moyen 53,5 ans [écart type 15,2 ans]) ont été examinées pour une hernie durant la période à l’étude. Une échographie de l’aine a été réalisée avant la consultation en chirurgie générale pour 336 cas (70,6 %). Au total, 364 (76,5 %) hernies étaient palpables à l’examen clinique, dont 220 (60,4 %) ont fait l’objet d’une échographie de l’aine avant la consultation, même lorsqu’il y avait déjà eu détection à l’examen clinique. Des 112 aines qui ne présentaient pas de hernie palpable à l’examen clinique, 103 (92,0 %) ont fait l’objet d’une échographie de l’aine avant la consultation. Des 476 aines, 315 (66,2 %) ont fait l’objet d’une réparation de hernie inguinale, soit 310 (85,2 %) des 364 hernies palpables à l’examen clinique et 5 (4,8 %) des 103 hernies détectées uniquement à l’échographie. La décision d’opérer ou non a été prise d’après les résultats de l’examen clinique dans 390 des cas (81,9 %), et d’après les résultats de l’échographie de l’aine uniquement dans 5 des 336 cas (1,5 %) seulement.

Conclusion:: L’échographie de l’aine est fréquemment réalisée de routine avant la consultation en chirurgie générale, qu’une hernie soit détectable ou non à l’examen clinique. La détection d’une hernie uniquement à l’échographie a influencé la décision de traiter le patient par intervention chirurgicale dans de rares cas. Les résultats obtenus à l’examen clinique ont un plus grand rôle que ceux de l’échographie de l’aine dans la prise de décisions chirurgicales. Éliminer l’échographie de l’aine réalisée de routine pourrait donc réduire substantiellement les coûts des soins de santé.

MeSH terms

  • Aged
  • Female
  • Groin / diagnostic imaging
  • Groin / surgery
  • Hernia, Inguinal* / diagnostic imaging
  • Hernia, Inguinal* / surgery
  • Herniorrhaphy / methods
  • Humans
  • Male
  • Middle Aged
  • Retrospective Studies
  • Ultrasonography