Car phones and car crashes: an ecologic analysis

Can J Public Health. May-Jun 1998;89(3):157-61. doi: 10.1007/BF03404465.

Abstract

Objective: Some countries have regulations against using a cellular telephone while driving. We used ecologic analysis to evaluate cellular telephone use and motor vehicle collisions in a city without such regulations.

Methods: We studied locations in Toronto, Ontario (n = 75) that were hazardous (total collisions = 3,234) and tested whether increases in collision rates from 1984 to 1993 correlated with increases in telephone usage over the same time interval.

Results: Locations with the largest increases in collision rates tended to have the smallest increases in estimated cellular telephone usage. Yet extreme assumptions about potential protective effects from cellular telephones failed to explain the magnitude observed.

Conclusions: The effects of cellular telephones on driving ability are small relative to the biases in ecologic analysis. Claims from industry, which argue that cellular telephones are not dangerous based on ecologic analysis, can be misleading in the policy debate about whether to regulate cellular telephone use while driving.

But de l’étude: Dans certains pays, la loi interdit l’utilisation d’un téléphone cellulaire lors de la conduite automobile. Nous avons effectué une analyse écologique pour évaluer l’utilisation de téléphones cellulaires et les collisions d’automobile, dans une ville qui n’a pas de loi à cet effet.

Méthode: Nous avons étudié plusieurs régions de Toronto, Ontario (n=75) à risque élevé (taux de collisions=3,234) et avons vérifié si l’augmentation des taux de collisions de 1984 à 1993 cor- rèle avec une augmentation d’utilisation de téléphones cellulaires durant la même période.

Résultats: Les régions où l’on a observé les plus grandes augmentations de taux de collision tendaient à avoir les plus petites augmentations d’utilisation estimée de téléphone cellulaire. Par contre, des suppositions extrêmes sur les effets potentiellement protecteurs des téléphones cellulaires ne pouvaient pas expliquer l’amplitude observée.

Conclusion: Les effets de l’utilisation de téléphones cellulaires sur l’habileté au volant sont petits en comparaison du biais de l’analyse écologique. Les affirmations provenant de l’industrie, voulant que les téléphones cellulaires ne sont pas dangereux sur la base de l’analyse écologique, peuvent être trompeuses dans le débat politique sur la question s’il faut ou non contrôler l’utilisation de téléphones cellulaires lors de la conduite automobile.

MeSH terms

  • Accidents, Traffic / statistics & numerical data*
  • Automobile Driving
  • Humans
  • Linear Models
  • Ontario
  • Risk Factors
  • Telephone*